Fasten Your Seatbelts (2014)
J'arrête quand je veux (2014)
Winter Sleep (2014)
Stratos (2014)
Beloved Sisters (2014)
Grand piano (2013)
The Priest's Children (2012)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Country Focus: Suède

Scandinavie - Les coproductions dans les pays scandinaves (mars 2005)

par Annika Pham

16/03/2005 - Les coproductions dans les pays scandinaves


La plupart des long métrages réalisés en Suède, au Danemark, en Norvège, en Finlande et en Islande sont des co-productions entre au moins deux de ces territoires qui s'appuient fortement sur les aides des Centre nationaux du cinéma et parfois sur le Fonds scandinave pour la télévision et le cinéma (Nordisk Film & TV Fund.)
Pour leurs films d'un budget supérieur à 2,5 millions d'euros qui s'adresse à un public international, les producteurs scandinaves doivent chercher d'autres financements car les seuls petits marchés locaux ne permettront pas de rentrer dans leurs frais. Ce sont donc des raisons économiques plus que créatives qui justifient leurs choix. Au Danemark, par exemple, près de la moitié des films produits l'an passé était des co-productions européennes, dont Manderlay [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Lars von Trier, en compétition cette année à Cannes, qui rassemble pas moins que le Danemark, la France, la Suède, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au contraire ce ne sont que des raisons artistiques qui poussent des producteurs internationaux à tourner en Scandinavie car il n'existe que peu d'incitations fiscales pour attirer les tournages, si ce n'est en Islande où 12% des coûts de production dans le pays d'un producteur national ou étranger lui sont remboursés. Les productions ne peuvent prétendre aux financements publics des centres nationaux du cinéma qu'en se qualifiant comme film originaire d'un des cinq pays nordiques.

Accords de co-production
Pour cela, une des principales conditions est que le projet entre dans un cadre légal de co-production comme la Convention européenne de co-production cinématographique signée par le Danemark, la Finlande, l'Islande et la Suède. Le Danemark, la Finlande et l'Islande ont chacun un traité de co-production avec la France; la Suède en a trois avec la France, l'Italie et l'Allemagne; la Finlande et la Norvège viennent de signer un accord avec le Canada pour les co-productions télévisuelle et cinématographique. Mais la Grande-Bretagne vient tout juste de résilier le traité qui la liait à la Norvège depuis 1983.
Ci-dessous sont précisées quelques données et statistiques pour le Danemark, la Norvège et la Suède, les trois principaux pays producteurs de Scandinavie, ainsi qu'un résumé sur les possibilités de financement pour les producteurs étrangers.

Suède

Entrées 2004: 16,6 millions
Part du marché national en 2004: 23,3%
Nombre de films suédois sortis en 2004: 33
Montant global du soutien à la production de long métrages: 191 millions de Couronnes (21 millions d'euros)

Sous l'actuel Accord suédois du cinéma couvrant la période 2000-2005, mes producteurs suédois peuvent obtenir du Centre suédois du cinéma (Swedish Film Institute - SFI) un soutien au développement et/ou à la production. Les fonds proviennent de l'Etat, des télédiffuseurs, des contributions de l'Association des producteurs ainsi que d'une taxe de 10% sur le prix du billet prélevé par l'Association des exploitants suédois.
En 2004, les producteurs ont pu disposer d'environ 14 millions d'euros (126 millions de Couronnes) pour financer leurs productions auxquels se sont ajoutés 7 millions d'euros 65 millions de Couronnes) de soutien automatique provenant de la billetterie.
Les subventions du SFI sont allouées aux films suédois, c'est-à-dire aux films produits par une société suédoise ou bien des films impliquant une proportion significative d'acteurs suédois ou de techniciens. Un film étranger peut également être reconnu comme suédois si au moins 20% du financement provient de capitaux suédois et s'il emploie une proportion significative d'acteurs ou de techniciens suédois. La Suède dispose aussi d'un système de remboursement de 25% de la TVA à destination des producteurs étrangers, et quelques Fonds régionaux (notamment Film i Väst) qui peuvent apporter jusqu'à 30% du budget en cofinancement (voir l'article ci-dessous sur Film i Väst.)
Le SFI, les chaînes de télévision privées et les autorités du commerce sont en train de renégocier la Loi sur le cinéma qui réglementera le paysage audiovisuel suédois de 2006 à 2010.

Danemark

Entrées 2004: 12,5 millions
Part du marché national en 2004: 25%
Nombre de films danois sortis en 2004: 18
Budget global du Centre danois du cinéma: 48,3 millions d'euros (357,8 millions de Couronnes)
Montant global du soutien à la production de long métrages: 19,4 millions d'euros (144 millions de Couronnes)

Le budget et les objectifs de l'industrie danoise du cinéma ont été définis par la Loi de politique cinématographique du gouvernement pour la période 2003-2006. Le Centre danois du cinéma (Danish Film Institute – DFI) distribue environ 86 millions d'euros sur cette période en développement, production et marketing de long métrages incluant de 65 à 85 films en danois et de 15 à 25 productions internationales en langue étrangère mais avec un coproducteur danois associé.

Il existe deux principaux fonds accessibles aux productions danoises majoritaires:
- Le programme de consulting qui promeut la production pérenne de films danois ou de coproductions de qualité. Les long métrages peuvent recevoir entre 600.000 euros et 1,6 million d'euros pour des projets le plus souvent au stade du scénario.
- Le programme 60/40 s'adresse aux films à plus grand potentiel commercial. Les subventions peuvent atteindre 60% du budget et, dans le cas d'une coproduction, 60% de la partie danoise du financement.
Pour les coproductions minoritairement danoises (part danoise jusqu'à 20% du financement), le soutien maximal du DFI est de 400.000 euros.

Le fonds régional Filmfyn est un autre partenaire des films danois et des coproductions. Ce fonds a été lancé en 2003 avec un budget de 2,2 millions d'euros afin de soutenir 3 à 4 films par an jusqu'en 2006. Jusqu'à présent sept films ont bénéficié de ce soutien dont le succès du moment, Adam’s Apples [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
fiche film
]
de Anders Thomas Jensen.

Norvège

Entrées 2004: 12,1 millions
Part du marché national en 2004: 14,8%
Nombre de films norvégiens sortis en 2004: 18
Budget global du Centre norvégien du cinéma: 33,7 millions d'euros (270 millions de Couronnes)
Montant global du soutien à la production de long métrages: 23 millions d'euros (190 millions de Couronnes)
Nombre de films soutenus en 2004: 29 (dont 10 coproductions)

Le Fonds norvégien pour le cinéma (NFF - Norwegian Film Fund) soutient les films à hauteur de 50% du budget et 800.000 euros sous forme d'avance sur recettes. Il existe également un soutien automatique pour tout film de nationalité norvégienne (dont le coproductions minoritaires) distribué sur son territoire et qui peut s'élever à 55% des recettes de la billetterie. Ce plafond est calculé en fonction de l'investissement et de la prise de risque du producteur.
Par exemple, la coproduction dano-germano-américano-norvégienne Factotum [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Bent Hamer et sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs cette année, a bénéficié de 590.000 euros (4,8 millions de Couronnes) du NFF pour un budget de 2,1 millions (17,3 millions de Couronnes.)

Newsletter

Stockholm University of the Arts

Follow us on

facebook twitter youtube vimeo rss

screen4all