The Priest's Children (2012)
J'arrête quand je veux (2014)
Winter Sleep (2014)
Stratos (2014)
Beloved Sisters (2014)
Grand piano (2013)
Northwest (2013)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Country Focus: Suède

Suède - Les fonds régionaux (mars 2005)

par Annika Pham

16/03/2005 - Les fonds régionaux en Suède


Les fonds régionaux suédois de soutien au cinéma, Film i Väst en tête - ce fond est en effet un modèle non seulement pour la Suède mais pour le reste de l’Europe - font désormais partie intégrante du financement des productions locales, et puisqu’une nouvelle loi sur les films est en préparation, l’industrie du cinéma dans son ensemble fait pression sur le gouvernement afin que les financements régionaux soient pris en compte dans le 2005 Film Agreement.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le cinéma suédois est désormais connu dans le monde entier tant grâce au grand maître Ingmar Bergman qu’à travers le talentueux enfant terrible Lukas Moodysson ou encore le fameux fonds régional Film i Väst, surnommé Trollywood, parce que son centre de production de Trollhättan accueille chaque année une douzaine de longs-métrages dont ceux de Lars von Trier, Moodysson et Joseph Fares.
Film I Väst est sans conteste le fonds régional “star” en Suède, puisqu’il participe au financement de non moins de la moitié de la production annuelle suédoise. En plus de Film I Väst, il y a en Suède 18 autres Centres régionaux de soutien offrant de l’aide dans trois domaines clefs:
-la production de longs-métrages nationaux, de courts-métrages et de documentaires de jeunes réalisateurs,
-l’exploitation et la distribution de ces productions nationales, films et vidéos, lors des festivals ou par le biais d’autres réseaux de distribution,
-la mise en place en Suède de projets éducatifs autour du cinéma et des autres médias.
De plus, les fonds régionaux peuvent faire acte de producteurs ou de coproducteurs à la condition que les projets sont clairement en lien avec la région concernée.

Trois centres de production cinématographique en Suède bénéficient chaque année d’un surcroît de financements publics pour développer la production de longs-métrages dans les régions concernées: Film I Väst, Filmpool Nord et Film I Skåne. Ces trois centres de production peuvent coproduire des films ensemble à condition que les projets soient filmés pour tout ou partie au niveau régional et à condition d’utiliser les ressources locales, humaines, techniques et financières.

En décembre 2004, le Swedish Film Institute a alloué un total de 18,2 millions de couronnes aux régions, dont 15,4 M aux 19 centres régionaux de services et 2,8 millions à trois centres de production cinématographiques (950 000 couronnes chacun). Les six organismes régionaux qui ont reçu plus d’un million du SFI sont Film I Väst (3,1M de couronnes), Filmpool Nord (2.2M), Film I Skåne (1.9M), Film I Västernorrland (1.3M), Film I Värmland (1.3M), Film I Dalarna (1.1M) et Reaktor Sydost (couvrant le Sud du pays: Blekinge, Kalmar et Kronobergs) (1M).
Les producteurs étrangers ont accès à tous ces fonds à condition que leur coproducteur suédois soit investi pour au moins 20% dans le projet et que la contribution d’artistes suédois soit significative.
Toute information concernant les candidatures aux soutiens régionaux peut être obtenue en s’adressant directement au SFI (qui centralise les candidatures) ou par le biais du centre de la région où sera tourné le film, ou encore via les huit commissions régionales du film qui peuvent également offrir leur soutien et faciliter la prise de contact avec les infrastructures techniques locales.

Rapport sur les fonds régionaux

Ces cinq à sept dernières années, le financement régional des films est devenu une alternative ou encore un complément aux subventions accordées par l’État aux producteurs suédois, jouant ainsi un rôle essentiel dans le financement des productions nationales. Le gouvernement préparant un texte pour une nouvelle loi sur les films (loi qui prendra effet fin 2005), le SFI, fer de lance de toute l’industrie du cinéma suédoise, fait activement pression sur les milieux politiques pour s’assurer que le gouvernement suédois comprenne bien l’importance de l’industrie du film pour le développement économique et culturel régional et l’inciter à inclure les fonds régionaux dans le 2005 Film Agreement.
Dans ce contexte, le SFI a pris l’initiative de commanditer un projet pilote intitulé "Film et développement régional —politiques et pratiques dans les régions nordiques". Cette étude, financée par le conseil des ministres des pays nordiques, se propose de faire pour la première fois l’inventaire de toutes les activités concernant l’industrie du film en Suède et dans les pays voisins. Le rapport, prêt à l’automne, sera présenté au cours d’une conférence internationale qui se tiendra à Stockholm au Swedish Film Institute.

FILM I VÄST

Sous l’égide de Tomas Eskilsson, Film I Väst (FiV) est devenu un opérateur essentiel dans l’industrie du film suédoise, et dans les pays nordiques en général. Depuis sa création en 1992, ce centre régional de production et de services situé dans le Götaland, à l’Ouest de la Suède, a coproduit 100 longs-métrages, dont tous les films de Lukas Moodysson, ceux de Josef Fares, ainsi que Under The Sun de Colin Nutley, Dancer In The Dark et Dogville [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Lars von Trier, A Song For Martin de Bille August et It’s All About Love [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Thomas Vinterberg.

Ces quelques dernières années, 50% des films tournés en Suède ont été coproduits par FIV;en 2004, le FIV a financé 18 longs-métrages dont le vainqueur du Guldbagge 2005, Dalecarlians [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
fiche film
]
de Maria Blom, le dernier Josef Fares, Zozo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, en post-production, ainsi que le projet ambitieux de Lars von Trier, Manderlay [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, une vraie coproduction européenne qui réunit le Danemark, la Suède, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, et le Royaume-Uni.
Les critères pris en compte par le FIV pour l’allocation de fonds sont les qualités artistiques du film, son potentiel commercial, ainsi que la contribution aux infrastructures locales et à la formation qu’on peut en attendre.

FIV, dont le siège, ainsi que deux studios, se trouvent à Trollhättan, a un budget annuel total de 7,55M€ grâce au soutien de la région Västra Götaland (4.3 M€), des municipalités locales (0.75M€), du Swedish Film Institute (0.3M€) et du Fonds de Développement régional de l’Union Européenne (0.25M€). Le reste provient de revenus propres.
L’activité principale du FIV est le soutien au longs-métrages auquel le FIV consacre 48M de couronnes par an (5.3M€), mais le fonds régional soutient aussi les productions pour la télévision, les courts-métrages et les documentaires, la distribution en Suède, et la formation de nouveaux talents locaux. De surcroît, grâce à l’ambition et l’énergie d’ Eskilsson, le FIV a d’ores et déjà placé la région parmi les plus attrayantes pour les sociétés dont les activités concernent le cinéma et les médias en général; 153 "sociétés membres" ont déjà leurs bureaux à Trollhättan ou dans ses environs, comme par exemple les grandes maisons de production Zentropa Entertainment, Memfis Film Sonet Film.

L’année dernière a représenté un tournant pour le FIV qui a alors atteint son objectif principal: faire de la région "une des plus dynamiques et novatrices", pour reprendre les mots d’Eskilsson lui-même. En effet, en septembre dernier, le FIV a inauguré son nouveau studio de 1150m2, y recevant des milliers d’invités dont le ministre des finances suédois, Bosse Ringholm, qui, dans son discours inaugural, a souligné: "avec ce nouveau studio, le FIV peut devenir un marché important pour l’exportation puisqu’il va attirer des producteurs étrangers". Le studio (nommé Josef Fares en l’honneur du réalisateur d’origine libanaise connu pour Jalla Jalla! et Kopps) est déjà reservé à plein jusqu’à l’été.
Septembre a également marqué la validation du statut de la FIV au sein de l’Europe. Le fonds régional a en effet été déclaré "meilleur exemple européen" à la conférence d’Utrecht sur l’audiovisuel en Europe intitulée "Nouveaux horizons". Le FIV y a été présenté comme l’un des éléments les plus innovants, prouvant que ce type de combinaison de fonds locaux et d’argent privé peut permettre de construire toute une industrie locale du cinéma, comme le FIV l’a fait à l’Ouest du Götaland, et que l’argent public investi est la base d’une entente durable avec les sociétés de production et les artistes de talent. BR> À l’avenir, le FIV souhaite intensifier ses activités de coproduction avec des partenaires intenationaux en offrant notamment une infrastructure de post-production complète à Trollhättan d’ici cet automne, et en instaurant des systèmes de coopérations avec des partenaires producteurs européens non scandinaves. (cf. notre interview de Tomas Eskilsson)

Aides financières du FIV et soutien à la coproduction – conditions

Le FIV peut apporter jusqu’à un tiers du budget d’un film si ce dernier est tourné à l’Ouest de la Suède.
Les films et produits télévisuels sont sélectionnés par le directeur exécutif du FIV qui transmet ensuite ses choix au conseil de direction du FIV.
La sélection prend en compte différents critères: la qualité artistique, l’intérêt pour le public et le potentiel commercial du projet. Les films jeunesse ont la priorité, ainsi que ceux dont le producteur majoritaire a des bureaux dans la région.
Le producteur en question doit avoir prouvé son expérience des longs-métrages. Le projet lui-même ne sera pris en compte que s’il peut avoir un impact intéressant sur l’industrie locale du film et sur l’emploi.
Le producteur majoritaire conserve toutes responsabilités pour la gestion, économique et technique, du projet. Pour les budgets dépassant 8M de couronnes, il doit en outre fournir des garanties de non-interruption du projet.
Les producteurs étrangers souhaitant bénéficier des aides à la coproduction du FIV doivent s’unir à un producteur Suédois (à l’exception des diffuseurs suédois SVT et TV4).
FiV ne soutient pas les films dont le tournage a déjà démarré, à moins que des droits importants n’y aient été acquis.


Pour plus d’information sur les critères du FIV, voir le site : www.filmivast.se.

Entretien avec Tomas Eskilsson, Directeur de Film I Väst


Cineuropa : Vous êtes parvenu à faire de Film i Västune des maisons de production suédoises (et nordiques en général) les plus impliquées dans des travaux en coproduction. Comment vous y prenez-vous pour attirer les producteurs de films et téléfilms non scandinaves dans la région du Götaland, à l’Ouest de la Suède?
Tomas Eskilsson: Pour attirer toujours plus de coproductions, nous souhaitons enrichir les infrastructures disponibles dans cette région déjà bien équipée en termes de son et d’effets spéciaux. Dès l’automne, nous serons en mesure de couvrir toute la post-production.
Nous nous proposons également d’encourager les collaborations transfrontalières, comme celles qui unissent déjà Film I Väst à l’Allemagne (Hambourg), la Grande-Bretagne et l’Afrique du Sud, de manière à renforcer les liens entre nos maisons de production et d’autres, dans différentes régions du globe, ce qui permettra davantage de coproductions.

Qu’est-ce que faire partie du réseau Cine-Regio représente pour vous?
Cine-Regio devrait contribuer à:
-renforcer les coopérations régionales au sein de l’Europe, et ainsi préserver son pluralisme tout en garantissant aux films un succès non seulement national mais européen.
-Représenter chacune des régions au sein de l’Union.
-Contribuer à l’échange et développer chaque cinéma, tout en mettant au point des stratégies médiatiques communes.
-Élargir les horizons pour tout type de coopération entre pays membres dans différents domaines.


FILM I VAST (Suède)
Date de création: 1992
Fonds dirigé par: Tomas Eskilsson
Budget annuel pour la production de longs-métrages: 48M SEK (5,3M€)
Montant maximum du soutien par film: un tiers du budget
Longs-métrages soutenus en 2004: 18

Newsletter

Stockholm University of the Arts

Follow us on

facebook twitter youtube vimeo rss

banner asbp