Mademoiselle Paradis (2017)
La mauvaise réputation (2017)
Nico, 1988 (2017)
The Charmer (2017)
Arrhythmia (2017)
Muchos hijos, un mono y un castillo (2017)
Scary Mother (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Country Focus: France

Bilan 2008 (1) : une année record atypique

par 

- Avec 240 longs métrages agréés en 2008 dont 196 films d’initiative française (FIF), la production cinématographique hexagonale égale son record 2005 selon le bilan présenté hier à la presse par Véronique Cayla. La directrice générale du Centre National de la Cinématographie (CNC) a cependant souligné que la prudence était de mise pour l’année en cours en raison de la baisse actuelle des revenus publicitaires des TV et des répercussions de la crise financière sur les marchés mondiaux du film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Agrémentés d’un record d’investissements (1,49 Md €), les très bons résultats 2008 signent un année atypique puisque trois très gros budgets déforment les statistiques : Arthur et la guerre des deux mondes (68,83 M€), Arthur et la vengeance de Maltazard (63,24 M€) et Océans (49,62 M€). Le devis moyen des FIF grimpe ainsi à 6,42 M€ (5,58 M€ sans les trois films précités).

La tendance à la bipolarisation de la production persiste avec davantage de films à plus de 20 M€ de budget (13 en 2008) et à moins de 1 M€ (44). Sur dix ans, l’évolution est éloquente : les films à plus de 7 M€ de budget qui représentaient 14,9 % de la production d’initiative française en 1999 en sont aujourd’hui à 30,6 % (60 FIF) et captent 74,5 % des investissements. Et s’ils ne diminuent pas en nombre, les longs métrages au budget moyen (de 4 à 7 M€) se paupérisent.

Record également du côté des investissements TV (27,8 % du financement des FIF) avec Canal + (173,9 M€), TPS Cinéma (22,2 M€), Ciné Cinéma (16,8 M€) et le nouvel entrant Orange (31 M€). Et les chaînes hertziennes n’ont pas été en reste grâce à TF1 (52,9 M€), France 2 (39,3 M€), France 3 (26,6 M€), M6 (21,1 M€) et Arte (4,2 M€). A noter également l’explosion des apports des ventes internationales (12,8 % du financement, en quasi doublement) et de la distribution salles (12,1 % en hausse de 60 %). Enfin, le CNC a distribué 69,88 M€ en soutien automatique et 18,45 M€ pour l’avance sur recettes alors que 124 FIF ont bénéficié du crédit d’impôt et 97 des 38,34 M€ investis par les Sofica.

 

dans ce country focus

Newsletter

Les Arcs report
Unwanted_Square_Cineuropa_01

Follow us on

facebook twitter rss