Choisissez votre langue en | es | fr | it

Article : Hommage à René Cleitman

email print share on facebook share on twitter share on google+

Un très grand producteur

par 

- Les Yeux Clairs est le dernier film produit par René Cleitman. Retour sur la carrière d’un producteur au talent éclectique reconnu dans le monde entier

Article : Hommage à René Cleitman

Les Yeux Clairs de Jérome Bonnell a été le dernier film produit par René Cleitman, mort le 14 décembre 2004 à Paris à l'âge de 64 ans. Retour en arrière sous forme d’hommage sur la carrière d’un producteur au talent éclectique reconnu dans le monde entier grâce entre autres à Cyrano en 1990.

Comptant à son palmarès 23 productions ou coproductions, René Cleitman s’était lancé au début des années 80 dans la production cinématographique avec avoir occupé le poste de directeur des programmes de la radio Europe 1. A la tête de la société Hachette Première, il enregistra son premier fait d’armes avec sa 4e production, Tenue de soirée de Bertrand Blier qui valut à Michel Blanc un prix d’interprétation à Cannes et récolta 8 nominations aux César. Suivirent Tandem (1987) et Monsieur Hire (1988 – 5 nominations aux César) de Patrice Leconte (un César sur neuf nominations), et surtout La vie et rien d’autre de Bertrand Tavernier qui rafla un nombre impressionnant de prix: Bafta du meilleur film de l’année en langue non-anglaise, César de meilleur acteur pour Philippe Noiret et César de la meilleure musique sur 11 nominations au total, David de meilleur acteur étranger pour Noiret... Mais le triomphe planétaire arriva l’année suivante avec Cyrano de Jean-Paul Rappeneau, nominé cinq fois aux Oscars avec le titre dans la catégorie costumes, et victorieux entre autres de quatre Bafta sur huit nominations, du prix du meilleur acteur attribué à Cannes à Gérard Depardieu, de 9 Cesar sur 12 nominations, d’un David et d’un Golden Globe de meilleur film étranger de l’année.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Durant les années 90, René Cleitman poursuivit sa trajectoire en produisant notamment François Dupeyron (Un cœur qui bat - 1991) et Nikita Mikhalkov (Urga - 1993), sans pourtant négliger les réalisateurs qui avaient fait son succès: Leconte (Tango - 1993), Tavernier (L’Appât -1995, Ours d’Or à Berlin) et Rappeneau (Le Hussard sur le toit - 1995, deux César sur dix nominations). Il créa également avec Gérard Depardieu HPGD Production afin de produire deux films de Nick Cassavetes: Décroche les étoiles en 1996 et She‘s So Lovely en 1997 qui permit à Sean Penn de gagner le prix d’interprétation à Cannes. En dehors de l’épisode malheureux du tournage interrompu en 2000 du Don Quichotte de Terry Gilliam (voir le documentaire Lost in la Mancha), cinq longs métrages suivirent dont Les Côtelettes de Bertrand Blier, en compétition à Cannes en 2002. Puis René Cleitman quitta Hachette Première pour créer Theus Productions en association avec la société EuropaCorp de Luc Besson. Pour Les Yeux Clairs de Jérôme Bonnell, il avait réuni un budget de 2,1 millions d’euros comprenant 350 000 euros d’avance sur recettes du Centre National de la Cinématographie (CNC) et une coproduction de France 2 Cinéma (530 000 euros dont 300 000 en part d’antenne).

Au-delà de son métier de producteur, René Cleitman s’était également toujours beaucoup investi dans la défense de l’exception culturelle et des aides publiques de soutien aux cinémas nationaux en présidant notamment le Bloc avec le réalisateur Robert Guédiguian. Il était aussi vice-président des ateliers du cinéma européen (ACE).

galerie photo

titre international : Pale Eyes
titre original : Les yeux clairs
pays : France
année : 2004
réalisation : Jérôme Bonnell
scénario : Jérôme Bonnell
acteurs : Nathalie Boutefeu, Lars Rudolph, Marc Citti, Judith Rémy

prix/sélections spéciaux

Berlinale 2005 Forum (sélection)
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01