Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : De l'autre côté

email print share on facebook share on twitter share on google+

Six personnages en quête d'auteur

par 

- Six personnages cherchent à retrouver leurs origines et leurs familles, et partent pour un voyage spirituel entre l'Allemagne et la Turquie, leur terre d'origine

Critique : De l'autre côté

Trois ans après le succès de Head-On [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Ours d'or 2004 à Berlin, et après la parenthèse documentaire de Crossing the Bridge:the Sound of Istambul [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Fatih Akin confirme sa capacité à s'imposer non seulement sur la scène allemande mais aussi sur le plan international, avec son dernier film, De l'autre côté [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Fatih Akin
interview : Klaus Maeck
fiche film
]
, primé à Cannes pour son scénario et à présent désigné pour représenter l'Allemagne dans la course à l'Oscar du meilleur film étranger, un an après la victoire de La Vie des autres [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Florian Henckel von Donner…
interview : Ulrich Muehe
fiche film
]
, film-révélation de la saison dernière et début brillant de Florian Henckel von Donnersmarck, presque du même âge qu'Akin.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le "tout nouveau" cinéma allemand (ainsi baptisé en hommage à la grande période dudit "nouveau cinéma" des années soixante et soixante-dix) s'avère plus vivant et prometteur que jamais, cependant à 34 ans, le réalisateur d'origine turque a courageusement décidé d'abandonner les sentiers battus pour s'aventurer sur des nouvelles voies tant esthétiques que narratives. À la suggestion de son directeur de la photographie Rainer Klausmann, De l'autre côté, deuxième volet d'une trilogie intitulée "L'Amour, la mort et le diable", substitue au montage spasmodique qui caractérise généralement les films de Fatih Akin un style lisse fait de plans longs, dont la sobriété est un hommage à Michelangelo Antonioni.Par rapport à la première partie de la trilogie, représentée par Head-On, ce film a une structure non pas linéaire mais tripartite, avec deux premières parties en miroir et une troisième partie en forme de synthèse où tous les fragments de la mosaïque trouvent leur place. Le film est comme toujours une réflexion sur les rapports entre l'Allemagne et la Turquie, deux pays où tous les personnages se sentent de temps en temps "de l'autre côté", parce qu'ils se trouvent face à une réalité étrangère où se mêlent à part égales attitudes hostiles et amicales. Se développent en parallèle d'autres thèmes chers au cinéma d'Akin, comme le conflit de générations et la condition encore trop arriérée des femmes dans la culture et la société turque.

Le film, scandé par les morts absurdes et violentes de deux femmes (une Turque et une Allemande, toutes deux en terre étrangère), s'articule autour des rapports père-fils, mère-fille, et tous sont en quête de réconciliation après une fracture nécessaire bien que traumatisante. Par ailleurs, les références à l'actualité politique (comme la question kurde, les dangers de l'intégrisme et les droits de l'Homme en Turquie) ne manquent pas. La trame est plutôt complexe et devant l'enthousiame général par rapport au scénario, quelques critiques ont été exprimées par la presse en langue anglaise concernant l'accumulation d'événements. Akin revendique néanmoins avec fierté son refus de compromis et déclare avoir traité des thèmes qui lui tiennent à coeur exactement comme il le voulait. La dernière partie de la trilogie explorera le thème du "diable", qui représente pour le cinéaste "l"antithèse de l'amour, c'est-à-dire l'envie, l'avidité, l'ignorance", et n'exclut pas un retour à un environnement plus prolétarien et truand (comme dans son tout premier long métrage, Kurz und schmerzlos (t.i.Short Sharp Shock, 1998). Avant cela, Akin sortira un documentaire qu'il a déjà commencé de tourner intitulé Der Müll im Garten Eden (litt "les détritus dans le jardin d'Eden") qui aborde "la lutte d'un petit village contre le régime turc" et dont le jeune metteur en scène espère qu'il sera présenté au Festival de Cannes 2009.

galerie photo

titre international : The Edge of Heaven
titre original : Auf der anderen seite (Yasamin kiyisinda)
pays : Allemagne, Turquie
vente à l' étranger : The Match Factory
année : 2006
réalisation : Fatih Akin
scénario : Fatih Akin
acteurs : Nurgül Yesilcay, Baki Davrak, Tuncel Kurtiz, Hanna Schygulla, Patrycia Ziolkowska, Nursel Köse

prix/sélections spéciaux

Prix Lux 2007 du Parlement Européen 
Cannes 2007 Compétition officielle
European Film Awards 2007 Meilleur Scénariste
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01