Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : Brendan et le secret de Kells

email print share on facebook share on twitter share on google+

Une lumière à travers les âges sombres

par 

- Toute la magie de l’art médiéval et une plongée dans les légendes irlandaises pour un premier long métrage empreint de merveilleux et symbole de la singularité européenne

Critique : Brendan et le secret de Kells

A première vue, rien ne semble plus éloigné de notre univers contemporain que l’Irlande du IXème siècle, cadre de l’intrigue du premier long métrage des Irlandais Tomm Moore et Nora Twomey : Brendan et le secret de Kells [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Didier Brunner
interview : Tomm Moore
interview : Viviane Vanfleteren
fiche film
]
. Un monde rude recouvert de forêts sauvages parsemées de rares refuges pour une population menacée par les invasions Vikings. Mais le film qui a puisé son inspiration dans Le Livre de Kells, un manuscrit enluminé considéré comme un trésor du patrimoine artistique mondial et exposé à Dublin, tire sur des fils le reliant à des thématiques universelles et intemporelles : le passage initiatique vers l’âge adulte et la survie de l’art à travers l’hostilité d’un environnement matérialiste. Deux problématiques individuelles et collectives fusionnées dans des aventures en 2D mêlant heroic fantasy et réalisme historique autour de quatre personnages principaux incarnant autant de valeurs humaines.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Pivot du récit scénarisé par Fabrice Ziolkowki, Brendan, âgé de 12 ans, vit dans l’abbaye de Kells sous la férule de son oncle, l’abbé Cellach, un homme très autoritaire dont l’unique préoccupation est de faire ériger un mur capable d’arrêter les Barbares. Mais l’arrivée du maître enlumineur Frère Aidan va ouvrir de nouveaux horizons pour l’obéissant Brendan. L’horizon de l’art, de ses beautés et des facultés créatrices en premier lieu puisque le Frère porte avec lui le manuscrit encore inachevé de Kells et encourage le jeune garçon à participer à sa fabrication. L’horizon de l’inconnu ensuite, ce monde extérieur jusqu’alors interdit à Brendan où dominent les forces de la Nature et de l’irrationnel incarnées par la fille-loup Aisling, un esprit de la forêt et le terrifiant Crom Cruach, tapi au fond de sa caverne et symbole de la peur jungienne auquel l’humain doit se confronter pour renaître. Une terreur qui a son équivalent réel avec les hordes de Vikings, armées d’ombres gigantesques déferlant au son des tambours et dans la violence sanguinaire.

Evoluant habilement sur deux niveaux de lecture, une épopée accessible au jeune public et un conte philosophique destiné aux plus grands, Brendan et le secret de Kells se distingue tout particulièrement grâce à un graphisme médiévaliste touchant au sublime dans les passages se déroulant dans la forêt. Jouant à plein sur les couleurs et les formes en contraste avec la grisaille et la banalité du monde de l’abbaye, le film bascule alors dans une dimension onirique où la magie de la mythologie celtique et l’esthétique stupéfiante du Livre de Kells (qui ne vas sans rappeler les mandalas) s’unissent pour le meilleur et le plus grand plaisir visuel des spectateurs.

Au-delà d’une réussite cinématographique porteuse d’un message fort sur l’importance de la transmission artistique et de l’éveil créatif par-delà les conflits ténébreux et les angoisses sécuritaires, Brendan et le secret de Kells est aussi le digne représentant d’une animation européenne résistant au conformisme graphique et narratif et aux sirènes de la 3D et du relief. Un cinéma faisant écho au terreau commun liant les cultures multiples du Vieux Continent et un film ayant réussi à voir le jour grâce aux efforts conjugués des Irlandais (Cartoon Saloon), des Français (Les Armateurs et France 2 Cinéma) et des Belges (Vivi Film), sans oublier les Hongrois de Kecskemet qui ont participé à la fabrication. Une alliance européenne dont le fruit du travail a été sélectionné au festival de Berlin dans la section Generation, une belle vitrine pour ses nombreux soutiens allant de l’Irish Film Board à Eurimages, en passant notamment par le Programme Media, la Communauté Française de Belgique, le Flanders Audiovisual Fund, Wallimage, Promimage, le tax shelter belge, Canal + et Ciné Cinéma. Vendu à l’international par Celluloid Dreams, Brendan et le secret de Kells sera distribué en France par Gebeka Films, en Belgique par Kinepolis et en Irlande par BVI.

galerie photo

titre original : Brendan and the Secret of Kells
pays : Irlande, France, Belgique
vente à l' étranger : Celluloid Dreams
année : 2008
réalisation : Tomm Moore, Nora Twomey
scénario : Tomm Moore, Fabrice Ziolkowski
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Unwanted_Square_Cineuropa_01