Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : 25 kilates

email print share on facebook share on twitter share on google+

Une dernière chance de changer

par 

- Deux personnages au bord du gouffre, un homme et une fille qui jouent leurs vies jusqu'au bout : un thriller nerveux scénarisé et réalisé par l’Espagnol Patxi Amézcua

Critique : 25 kilates

Si Vicky Cristina Barcelona [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, la comédie de Woody Allen, offrait l'image d'une Barcelone colorée, pittoresque et ensoleillée, 25 kilates [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Patxi Amézcua
fiche film
]
dévoile l'envers du décor, les recoins sales, délabrés, rouillés et industriels où la pauvreté ronge autant le paysage que les personnages qui évoluent dans cet univers, qui renvoie fortement au cinéma policier américain.

La caméra toujours inquiète de Patxi Amézcua suit le destin d'Abel (Francesc Garrido), un homme tellement désemparé après la mort de son épouse qu'il a laissé son fils aux soins des grands-parents, n'étant pas sûr de savoir prendre soin de lui-même. C'est une brute de seconde zone, qui gagne sa vie en collectant l'argent des débiteurs de son patron par le biais de méthodes illicites comme dépecer leurs voitures. C'est un homme sans avenir, sans idéaux, un type qui survit et traîne son existence derrière lui tant bien que mal... jusqu'à ce qu'il rencontre Kay (Aida Folch). Kay est la fille de Sebas, voleur à la petite semaine maladroit, fourbe et égoïste (Manuel Morón). Elle doit elle-même survivre dans ces ruelles mal-famées et vole des voitures en trompant les conducteurs, mimant l'accident pour qu'ils descendent de leur véhicule, où elle se glisse à leur place et s'enfuit. Un jour, son stratagème tourne mal et alors qu'elle est sur le point de se faire prendre, Abel lui vient en aide.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cette rencontre entre deux bêtes blessées – deux hors-la-loi, deux parias dans une société cruelle et inhumaine, cette jungle où ils sont deux fauves de plus à lutter de toutes leurs forces – leur apporte l'espoir dont ils ont besoin pour réagir et leur insuffle l'énergie et la complicité nécessaires pour qu'ils fassent le bond en avant qui les sortira du trou noir où ils survivent. Ils tenteront un effort ultime, risquant tout pour obtenir, peut-être, la vie dont ils rêvent.

Patxi Amézcua parvient, à travers des images nerveuses et un montage endiablé, à donner vie à ce récit atypique dans le cinéma espagnol. Le cinéaste, qui s'y connaît en thriller pour avoir écrit les scénarios de El Viaje de Arián et de Trastorno, fait ici preuve de son habilité en matière de cinéma de genre. De l'horreur au polar, il sait construire intrigue et suspense et parsemer le tout de coups de théâtre et de surprises. La qualité de son oeuvre est également alimentée par des références aux romans noirs de Raymond Chandler, Dashiell Hammett et James Ellroy, entre autres écrivains américains. On y retrouve aussi une passion pour des classiques comme Assurance sur la Mort de Billy Wilder, Quand la ville dort de John Huston, Guet-Apens de Sam Peckinpah et Chinatown de Roman Polanski, auxquels se mêlent des références contemporaines comme L.A. Confidential, Heat, Les Sentiers de la perdition et True romance - car la dure mais sexy Aida Folch rappelle assez, avec sa coupe de cheveux et ses manières sauvages, la Patricia Arquette du film de Tony Scott.

Entre toutes ces références et le talent de scénariste d'Amézcua, le film possède une trame sophistiquée, bien construite, pleine d'inattendus et bien ancrée sur des personnages principaux et secondaires loin des stéréotypes et criblés de conflits intimes et familiaux. Bien sûr, comme le genre l'exige, l'action a une place d'honneur dans ce film, qui contient également une juste mesure de romance et de sexe. L'action est bien chorégraphiée et parfaitement soutenue par un montage agité qui coïncide avec la tension dont souffrent les personnages, loups blessés qui aperçoivent enfin la lumière qui les guidera pour s'extraire de leurs antres ténébreuses.

(Traduit de l'espagnol)

galerie photo

titre international : 25 Carats
titre original : 25 kilates
pays : Espagne
vente à l' étranger : Imagina International Sales
année : 2008
réalisation : Patxi Amezcua
scénario : Patxi Amezcua
acteurs : Francesc Garrido, Aida Folch, Manuel Morón, Joan Massotkleiner, Héctor Colomé, María Lanau, Márcio Garcia, Monserrat Salvador, Carolina Montoya
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01