Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : Eastern Plays

email print share on facebook share on twitter share on google+

Racisme et fraternité à Sofia

par 

- Découvert à la Quinzaine des Réalisateurs cannoise 2009, le premier long métrage du Bulgare Kamen Kalev voyage dans les festivals du monde entier, parmi lesquels Thessalonique, Melbourne et Tokyo

Critique : Eastern Plays

Après son passage à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs, le jeune réalisateur bulgare Kamen Kalev, réalisateur de trente trois ans diplômé de La fémis et auteur de plusieurs courts métrages, fait voyager son premier long Eastern Plays [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Kamen Kalev
fiche film
]
dans les festivals du monde entier, parmi lesquels Thessalonique, Melbourne et Tokyo. Et le film figure aussi parmi les trois finalistes du Prix Lux du Parlement européen.

Co-production bulgaro-suédoise, (Waterfront, The Chimney Port et Film i Väst), Eastern Plays se déroule dans une Sofia peuplée de néonazis et traversée par un racisme rampant. Le film confronte deux frères, Georgi (Ovanes Torosian) et Itso (Christo Christov) qui, après avoir perdu tout contact pendant des années, se retrouvent par hasard à l’occasion de l’agression d’une famille de turcs par une bande de néonazis. Les deux frères se rendent compte qu’ils sont dans des camps opposés. Alors que Georgi, qui vient d’être recruté par le groupe, fait partie des agresseurs, Itso reste blessé en portant secours à la fille turque dont il tombera amoureux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Eastern Plays porte un regard sur un pays de l’Est qui change et à la recherche de son identité. Le film mélange réalisme et lyrisme lugubre en montrant une famille qui renferme toutes les contradictions du pays. Le protagoniste interprété par Christo Christov est un garçon perdu en quête de rachat, un artiste raté qui lutte contre l’anxiété et la dépression et tente de remonter la pente après des années de dépendance à l’héroïne. Kamen Kalev traite ce personnage avec profondeur et beaucoup de nuances, souvent contrastés mais toujours crédibles, qui vont de la frustration à l’ironie, du détachement à la tendresse. En même temps les différences idéologiques entre les deux frères sont abordées sans schématisme.

Le réalisateur a construit l’histoire autour des vrais vicissitudes de son ami d’enfance Christo Christov, qu’il a choisi comme acteur principal du film ; le garçon est mort quelques jours après la fin du tournage. "Dans le récit je me suis beaucoup inspiré de la vraie vie de Christo" explique Kamen Kalev. "La majorité des scènes s'est vraiment passée dans la réalité et nous les avons tournées dans le mêmes lieux où Christo avait vécu: son appartement, ses rues, son travail. Aujourd’hui Christo n’est plus là, mais sa force vibrante dans le film entrait subitement dans la dimension de la vie réelle."

Au delà de la discrimination ethnique, le vrai cœur du film explore la possibilité de communiquer et d’avoir des relations avec les autres: "la rencontre entre deux âmes, où langue, foi et couleur des yeux ne comptent pas. Mais quand l’apparence prend le dessus, les relations perdent leur force et l’amour disparaît" conclut le réalisateur.

Eastern Plays est vendu à l'étranger par Memento Films International.

galerie photo

titre international : Eastern Plays
titre original : Eastern Plays
pays : Bulgarie, Suède
vente à l' étranger : Memento Films International
année : 2009
réalisation : Kamen Kalev
scénario : Kamen Kalev
acteurs : Christo Christov, Ovanes Torosian, Saadet Aksoy

prix/sélections spéciaux

Cannes 2009 Quinzaine des Réalisateurs
Prix LUX du Parlement européen 2009

Finaliste

regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Unwanted_Square_Cineuropa_01