Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : L'âge atomique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Deux jeunes âmes à la dérive

par 

- Deux jeunes traversent la nuit parisienne. Un premier long atmosphérique apprécié au Panorama de la Berlinale et Prix Jean Vigo.

L'Âge atomique [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Héléna Klotz
fiche film
]
, premier long métrage de 67 minutes qu'Héléna Klotz a présenté au Festival Premiers Plans d'Angers avant d'être invité dans la section Panorama de ce 62ème Festival de Berlin, est un film atmosphérique baigné d'accords électro-planants sur deux jeunes âmes à la dérive le temps d'une nuit qui commence comme une sortie parisienne pleine de promesses et s'achève dans les bois à l'aube sur l'image des deux inséparables marchant chacun de son côté dans une direction inconnue.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dès le début, même si Victor l'effronté loquace (Eliott Paquet) et le plus silencieux et plus protecteur Rainer (Dominik Wojcik), à mi-chemin entre jeune Werther et figure fassbinderienne (l'imagerie de la réalisatrice prend partiellement racine dans les années 1980), sont heureux d'être ensemble et pleins d'attente pour ce qui va venir, une certaine inquiétude mélancolique colore déjà leurs dialogues, récités un peu mécaniquement comme des monologues théâtraux qui renverraient à une sorte de récit beckettien pour adolescents. Mis en condition par quelques lampées de l'alcool bon marché dont ils ont fourré leurs poches, ils entrent dans une boîte de nuit où Victor cherche la fille fantasmée qui l'attendrait sans le savoir, mais la transe est de courte durée et soudain, nos deux héros picaresques se retrouvent dans la rue, où Victor affronte en "duel" un bêcheur riche et agressif qui a les boucles blondes ici peu angéliques de l'acteur Niels Schneider (l'éphèbe des Amours imaginaires de Xavier Dolan), puis un videur auquel ils affirment qu'ils savent qu'ils vont crever.

Paris, balayée circulairement par la lumière d'une Tour Eiffel qui semble ici un menaçant mirador, devient alors un espace de plus en plus hostile où les garçons se mettent à exprimer leurs angoisses et regrets comme si leur vie était derrière eux et qu'ils étaient "en sursis". D'un espace interlope à l'autre, ils parcourent à travers leur nocturne et onirique aventure tous les questionnements existentiels de deux héros qui sont encore des enfants et ne voient devant eux que l'ombre, le point d'interrogation qu'est le reste de leur vie, sans y distinguer de chemin, juste des friches. L'Âge atomique rend compte de la pénombre de ce moment interstitiel de la vie, il en restitue l'étrangeté, la beauté, l'espoir et le malaise. Il nous fait, pour reprendre les mots de Rainer, "revenir à la nuit".

galerie photo

titre international : Atomic Age
titre original : L'Age atomique
pays : France
vente à l' étranger : Rendez-vous Pictures
année : 2012
réalisation : Héléna Klotz
scénario : Héléna Klotz, Elisabeth Perceval
acteurs : Eliott Paquet, Dominik Wojcik, Mathilde Bisson, Niels Schneider, Clémence Boisnard

prix/sélections spéciaux

Berlinale 2012 Panorama
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01