Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

The Lesson: “la rébellion tranquille”

par 

- Après sa première mondiale à Toronto, The Lesson a remporté le prix principal de la section Nouveaux réalisateurs à San Sebastian

Critique

Ce n'est vraiment pas un bon jour pour Nadezhda (Margita Gosheva), professeur d'anglais dans une petite ville bulgare ! Tout commence quand un élève se fait voler l'argent qu'il avait pour payer la cantine. Nadezhda, sérieuse, stricte et équitable, est déterminée à trouver le coupable pour lui faire la leçon, mais le scénario composé par les réalisateurs Kristina Grozeva et Petar Valchanov réserve d'autres mauvaises surprises à l'héroïne de leur premier long métrage, The Lesson [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Kristina Grozeva, Petar Va…
interview : Margita Gosheva
fiche film
]
, qui montre comment l'adversité peut briser en mille morceaux une existence confortable.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Bien soutenus par la prestation convaincante de leiur actrice principale, Kristina Grozeva et Petar Valchanov réussissent à nous offrir un aperçu captivant de la vie d'une personne normale dans des circonstances extraordinaires. En effet, Nadezhda est quelqu'un de tout à fait ordinaire et ses journées d'enseignante se suivent et se ressemblent. Mais tout change quand elle se rend compte que son mari Mladen, aimant mais pas toujours malin, a investi dans un objet totalement inutile pour leur maison au lieu de faire un chèque à la banque pour leur prêt. Désespérée à la perspective de perdre sa maison, Nadezhda va tenter désespérément de sauver l'avenir de sa famille.

Tout en révélant petit à petit des détails supplémentaires sur leur personnage, les réalisateurs nous plongent dans la vie d'une petite ville bulgare. Rien ne semble évoluer autour de Nadezhda, entre les élèves qui n'ont aucune envie d'apprendre l'anglais, les collègues qui s'ennuient dans leur travail et son mari, bon à rien et mauvais père. Dans cet univers plombé, Nadezhda a du mal à aller de l'avant. Ses actes semblent des coups de pinceau rouges sur une toile grise. Elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour trouver une solution à ses problèmes (elle demande de l'aide, pousse les gens qui l'entourent, plaide pour avoir un moratoire...), mais elle découvrira vite que la situation nécessite une réaction plus audacieuse. 

Certains spectateurs estimeront que la gageure dans l'écriture du scénario était d'empiler les obstacles devant Nadezhda tout en restant convaincant. Son itinéraire semble en effet un parcours d'obstacles, mais l'ensemble est bien maîtrisé par les deux réalisateurs qui font preuve d'intelligence, sans oublier quelques touches d'humour. Par exemple, l'ampleur du désastre que vit l'héroïne est contrebalancé par des petits moments de calme et de tranquillité (comme ce café "partagé" avec sa mère défunte...). Peut-être son prénom ("nadezhda” signifie espoir en bulgare) est-il un bon signe pour la suite, mais il faudra attendre pour avoir la réponse à cette question.

Le film est joliment porté par Margita Gosheva, qui rend bien l'évolution de son personnage, de sa contenance dans son rôle d'enseignante résolue à apprendre une leçon à ses élèves jusqu'au moment où elle n'est plus qu'une femme désespérée à qui le monde entier est en train d'apprendre une leçon, une leçon d'humilité. Le directeur de la photographie, Krum Rodriguez, souligne habilement l'insignifiance apparente de Nadezhda en s'obstinant à la montrer de dos, comme si Nadezhda représentait tous les Bulgares moyens qui se font bousculer et que le système exploite ou néglige. Comme Kristina Grozeva et Petar Valchanov l'ont annoncé, The Lesson n'est que le premier volet d'une trilogie sur "la rébellion tranquille du petit citoyen contre le monde mercantile, sans conscience et cynique dans lequel nous vivons".

The Lesson a été produit par Abraxas Film, en coproduction avec Graal Films, Little Wing et Screening Emotions. Ses ventes internationales du film sont gérées par Wide Management. Pendant que le projet était en développement, il a reçu le Prix ARTE International au Talent Project Market du Festival de Berlin 2013. En Bulgarie, The Lesson sortira l'année prochaine.

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : The Lesson
titre original : Urok
pays : Bulgarie, Grèce
vente à l' étranger : Wide Management
année : 2014
réalisation : Kristina Grozeva, Petar Valchanov
scénario : Kristina Grozeva, Petar Valchanov
acteurs : Margita Gosheva, Ivan Burnev, Ivanka Bratoeva, Ivan Savov, Deya Todorova, Stefan Denolyubov

prix/sélections spéciaux

San Sebastian International Film Festival 2014 
Luxembourg City Film Festival 2015
Grand Prix
Sofia International Film Festival 2015
Meilleur Film
Brussels Film Festival 2015 
Transilvania International Film Festival 2015 
La Rochelle International Film Festival 2015 
Cinema City Film Festival Novi Sad 2015 
Bratislava International Film Festival 2015 
Tbilisi International Film Festival 2015 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

Bridging the Dragon
CASI HECHO Home