Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

On the Other Side: Un récit complexe sur le thème du pardon

par 

- Dévoilé au Panorama du Festival de Berlin, le nouveau film du Croate Zrinko Ogresta est centré sur le sujet du repentir et du pardon, mais s'ouvre aussi à de plus vastes réflexions

Critique

Le 7ème long du Croate Zrinko Ogresta, On the Other Side [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Zrinko Ogresta
fiche film
]
, projeté en avant-première mondiale au Festival de Berlin, dans la section Panorama, est un récit soigneusement bâti et parfaitement exécuté sur le sujet du repentir et le pardon, mais il s'ouvre également à de plus vastes réflexions.

Vesna (Ksenija Marinković, vue récemment dans A Good Wife [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) est une infirmière à domicile d'âge moyen qui réside à Zagreb. Sa fille Jadranka (Tihana Lazović, appréciée dans Soleil de plomb [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Dalibor Matanic
fiche film
]
) a terminé ses études de droit et s'apprête à épouser Bozo (l'acteur novice Toni Sestan) qui est considéré comme "un fayot" par son frère Vlado (Robert Budak, remarqué dans Zagreb Capuccino), lui même marié, père d'un jeune enfant et doté d'une maîtresse enceinte. Au début du film, Vesna reçoit un appel mystérieux pendant le travail. On apprend vite qu'il s'agit de son mari Zarko (l'acteur serbe et coproducteur du film Lazar Ristovski, à son avantage notamment dans Bonté divine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Vinko Bresan
fiche film
]
), qui était capitaine de l'Armée nationale yougoslave au début de la guerre des Balkans mais qui a décidé de passer dans le camp ennemi ("de l'autre côté" comme le souligne le titre international du film). Il se trouve à présent à La Haye. Il vient d'être libéré. Mari et femme ne se sont pas parlés depuis 20 ans, de sorte que Vesna est d'abord paralysée en entendant sa voix, et refuse de lui répondre. Il va cependant rappeler, posant des questions sur les enfants et exprimant le désir de voir sa famille. C'est alors qu'on découvre enfin les traits de ce personnage, qui passe la plupart du film en dehors de l'écran. De son côté, Vesna annonce à ses enfants que leur père a appelé, mais contrairement à Jadranka, qui essaie d'être compréhensive, Vlado estime que Zarko aurait dû se tuer il y a longtemps, comme son jumeau Zoran i'avait fait. Bien que Vesna ne cède pas aux demandes de Zarko de lui envoyer au moins quelques photos d'elle et des enfants, leur triste passé les rattrape. Comme Jadranka n'arrive pas à trouver un emploi, Vesna demande de l'aide à Vuletić (Alan Liverić de Number 55 [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
fiche film
]
), le fils d'un de ses patients, car il est bien placé au ministère de la Justice. Celui-ci accepte volontiers de rendre service, mais l'emploi qu'il propose à Jadranka requiert de nombreuses vérifications, et le nom de son père risque de déplaire au ministère croate. Pendant ce temps, Vesna continue de parler à Zarko au téléphone et développe une relation nouvelle avec lui, malgré ses préventions initiales pourtant totalement justifiées.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Zrinko Ogresta est un réalisateur méticuleux et toujours très créatif sur le plan visuel (comme le montrent ses films les plus connus, Here et Behind the Glass [+lire aussi :
critique
film focus
interview : Ivan Maloca
interview : Zrinko Ogresta
fiche film
]
), mais le niveau d'attention qu'il porte ici à ses personnages et à la narration (grâce aussi à la contribution de son co-scénariste Mate Matišić, également auteur des musiques du film) est rare et dépasse le contexte des Balkans. D'ailleurs, s'il n'avait un sujet aussi localisé, le film aurait pu facilement être un drame scandinave.

L'interprétation qui impressionne le plus est celle de Ksenija Marinković. L'histoire appartient à son personnage, et elle l'incarne véritablement dans sa chair. Quant à Lazar Ristovski, qu'on ne voit réellement à l'écran qu'une dizaine de minutes en tout, il a réussi la prouesse contraire, mais on ne peut en dire plus sans dévoiler l'histoire. Par ailleurs, même les rôles secondaires ont été distribués à des acteurs formidables, comme le vétéran Mate Gulin (A [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Damir Cucic
fiche film
]
Letter to My Father [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Damir Cucic
fiche film
]
), qui joue le père de Vuletić. Et si Tihana Lazović est déjà une star grâce à Soleil de plomb, Robert Budak et Tonie Šestan sont clairement des acteurs à suivre.

La mise en scène de Zrinko Ogresta est précise mais dynamique. Par exemple, il place souvent des obstacles (fenêtres, portes...) entre la caméra et les personnages, donnant au spectateur l'impression d'être témoin d'un fait plutôt que de regarder un film. La photographie de Branko Linta est également exceptionnelle : dans un film avec un tel titre, l'approche qui a choisie contribue non seulement à la forme mais au fond.

On the Other Side a été coproduit par Interfilm et la chaîne nationale croate HRT avec la société serbe Zillion Film. Les ventes internationales du film sont assurées par Cercamon.

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : On the Other Side
titre original : S one straane
pays : Croatie, Serbie
année : 2016
réalisation : Zrinko Ogresta
scénario : Zrinko Ogresta, Mate Matišić
acteurs : Lazar Ristovski, Tihana Lazović, Ksenija Marinković

prix/sélections spéciaux

Berlinale 2016
Panorama
La Rochelle International Film Festival 2016 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

CNC ACM FR
ArteKino