Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Baby Bump : adolescence brisée

par 

- VENISE 2015 : Le jeune réalisateur polonais Kuba Czekaj montre dans son film, au programme au Lido, que grandir, c’est littéralement sortir de son corps

Critique

Second long-métrage du réalisateur Kuba Czekaj, Baby Bump [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Kuba Czekaj
fiche film
]
, développé et produit au Biennale College, est l’un des trois films issus de la troisième édition de ce programme. Organisé par la Biennale de Venise, en coopération avec l’ifp de New York  et le Torino Film Lab, le laboratoire sélectionne et soutient de jeunes réalisateurs prometteurs en présentant leurs films dans cette section parallèle de la Mostra de Venise.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Baby Bump montre à quel point grandir peut être violent à travers le parcours du jeune Mickey House, âgé de 11 ans, qui fuit la dure réalité des changements de son corps pour se réfugier dans un monde imaginaire, accompagné de son ami animé, une gerboise – son alter ego à grandes oreilles.

Mais Mickey ne doit pas seulement faire face à ce qu’il considère sûrement comme son plus grand handicap, ses oreilles proéminentes pour lesquelles il entend bien recourir à la chirurgie esthétique, et qu’il se voit couper et recoller à sa tête, en fait, c’est son corps tout entier qui échappe à son contrôle, tout comme sa relation avec sa mère qui ignore tous les signes de la puberté de son fils. 

Riche en images sexuelles, Baby Bump accompagne le passage à l’âge adulte de Mickey en créant un monde imaginaire très coloré (avec, aux côtés de Czekaj, le directeur de la photographie, Adam Palenta). Mickey se retrouve plongé dans un univers terrifiant qu’on croirait tout droit sorti d’une bande dessinée et dans lequel les dimensions des corps semblent tout aussi disproportionnées que la perception qu’a Mickey de son propre corps. Signant la réalisation, mais aussi le scénario de son film, Czekaj ne craint pas de prendre des risques et expérimente gros plans et séquences animées. Il réintroduit même le procédé de l’écran divisé aujourd’hui devenu rare. En faisant cela, il semble que c’est le film lui-même qui subit une grande pression pour parvenir à maturité. Il s’agit avant tout de repousser les limites – celles du corps, mais aussi celle du genre cinématographique.

Dans ses précédents courts-métrages, Czekaj racontait déjà des histoires du point de vue d’un enfant (N’aie pas peur de la chambre noire, Twist and Blood). La sortie de son premier long-métrage, The Erlprince, dans lequel un jeune prodige expose sa théorie des mondes parallèles, est prévue pour l’automne 2016. Une version en cours de réalisation a été présentée dans le cadre du Works in Progress au Festival International du Film de Karlovy Vary de cette année (lire l’article ici). 

Magdalena Kamińska et Agata Szymańska de la société polonaise Balapolis se sont chargées de la production de Baby Bump.

Titre de la sélection de la Sala Web, Baby Bump est aussi disponible en ligne ici du 3 au 9 septembre.

 

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : Baby Bump
titre original : Baby Bump
pays : Pologne
vente à l' étranger : Film Republic
année : 2015
réalisation : Kuba Czekaj
scénario : Kuba Czekaj

prix/sélections spéciaux

Venice Film Festival 2015Queer Lion Award Special Mention
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

ArteKino
Digital Production Challenge II - v2