Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Original Bliss : un drame psychologique fort

par 

- KARLOVY VARY 2016 : L’Allemand Sven Taddicken est en lice à Karlovy Vary avec un film qui offre un aperçu des abysses spirituels

Critique

Après s’être essayé au genre film de pirates, avec 12 Paces Without a Head [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le réalisateur et scénariste allemand Sven Taddicken est en compétition au Festival de Karlovy Vary avec Original Bliss [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Sven Taddicken
fiche film
]
, qui explore les rencontres romantiques atypiques et l’exploration par l’individu de sa propre sexualité. Déjà, dans son premier long-métrage, Getting My Brother Laid, Taddicken racontait l’histoire d’un jeune homme handicapé mental désireux d’avoir une expérience sexuelle, après quoi il a réalisé la comédie dramatique sentimentale Emma’s Bliss [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, sur l’amour d’une éleveuse de cochon et d’un homme atteint d’une maladie terminale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les relations sentimentales, la religion et le sexe sont aussi les thèmes centraux d’Original Bliss. Le film s’ouvre sur une conversation de fond qu’a un couple d’âge moyen un soir, à table. Elle (Martina Gedeck, de La Vie des autres [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Florian Henckel von Donner…
interview : Ulrich Muehe
fiche film
]
et Night Train to Lisbon [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
fiche film
]
) dit qu’elle est déprimée parce qu’elle ne sent plus la présence de Dieu, et il (l’Autrichien Johannes Krisch, de Revanche [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Götz Spielmann
fiche film
]
 et Labyrinth of Lies [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : Giulio Ricciarelli
fiche film
]
) devient de plus en plus agressif, en venant même aux mains si brutalement qu’elle doit aller à l’hôpital. Au moment où il la frappe, elle semble ne ressentir aucune émotion, tandis que sa rage à lui devient incontrôlable.

La femme au foyer pense pouvoir se libérer de sa crise de foi en sollicitant un psychologue de renom dont on dit qu’il a le secret du bonheur. Leur première rencontre n’est pas concluante, mais petit à petit, une attirance subtile se développe entre ces deux personnages si différents l’un de l’autre. Le jeu de rôle qui s’établit entre eux est fondé sur une alternance constante qui amène à se demander lequel des deux à le plus besoin de l’autre, car si la femme souffre spirituellement et conjugalement, le brillant chercheur à lui aussi des problèmes : les images pornographiques qui l’obsèdent se mettent à conditionner sa vie de tous les jours.

La directrice de la photographie Daniela Knapp, qui a déjà collaboré avec Taddicken sur Emma’s Bliss et 12 Paces Without a Head, a choisi pour l’intérieur du foyer du couple des tons sombres, alors que quand la femme quitte son domicile, tout devient plus coloré et vivant.

Original Bliss, tiré d’une nouvelle de l’Écossaise Alison Louise Kennedy, offre un aperçu des gouffres spirituels où s’abîme l’âme humaine, que ce soit par manque d’amour, par lubricité ou par anxiété, jalousie et désespoir. Au fil du film, le personnage central, qui semble totalement détruit et dépourvu de boussole spirituelle, effectue un éprouvant parcours psychologique et physique tout en apprenant une leçon sur la vie – un parcours très bien rendu par Gedeck.

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : Original Bliss
titre original : Gleissendes Glück
pays : Allemagne
vente à l' étranger : Picture Tree International
année : 2016
réalisation : Sven Taddicken
scénario : Sven Taddicken, Stefanie Veith, Hendrik Hölzemann
acteurs : Martina Gedeck, Ulrich Tukur, Johannes Krisch, Hans-Michael Rehberg

prix/sélections spéciaux

Karlovy Vary International Film Festival 2016 
Zurich Film Festival 2016 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

ArteKino
Digital Production Challenge II - v2