Choisissez votre langue en | es | fr | it
By the Rails

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

By the Rails : les affaires de coeur n’ont pas de réponse simple

par 

- KARLOVY VARY 2016 : Le Roumain Cătălin Mitulescu a présenté son troisième long-métrage en compétition à Karlovy Vary

Critique

Le troisième long-métrage de Cătălin Mitulescu, By the Rails [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Cătălin Mitulescu
fiche film
]
, vient de faire son avant-première mondiale en compétition à Karlovy Vary. Le film raconte l’histoire d’un couple marié séparé depuis un an qui constate que pendant cette période, beaucoup de choses ont changé. En une nuit, ils vont essayer de comprendre où chacun d’eux en est et comment affronter l’avenir.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film commence un matin tôt. Adrian (Alexandru Potaceanu, de La Mort de Monsieur Lazarescu [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, The Paper Will Be Blue et 4 mois, 3 semaines et 2 jours [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Cristian Mungiu
interview : Oleg Mutu
fiche film
]
) fait l’ouverture d’un café, sur la côte italienne. Il se prépare à rejoindre sa femme Monica (Ada Condeescu, de Si je veux siffler, je siffle [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ada Condeescu
fiche film
]
et Loverboy [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Ada Condeescu
fiche film
]
de Mitulescu) et leur jeune fils en Roumanie. 

Après un long trajet en car, Adrian arrive dans sa ville natale où l’attendent son épouse et son fils, qui s’est endormi dans le taxi. Cependant, Monica semble différente : elle est froide et distante. Une fois arrivés à la maison et le petit couché, Adrian lui demande pourquoi elle n’a pas répondu à ses appels pendant son absence, et elle répond qu’elle n’en avait pas envie, après quoi elle lui annonce qu’elle l’a trompé. 

La nuit suivante, le couple décide de discuter de leur situation et de prendre des décisions pour la suite. En toile de fond, un couple d’amis communs s’apprête à se marier, ce qui permet au réalisateur de jouer avec l’atmosphère et de créer un contraste avec l’intimité des scènes entre Adrian et Monica. L’alcool, la camaraderie et la passion dans l’air vont également jouer un rôle (et bien sûr, un groupe de gitans joue au mariage, et bien sûr ils se plaignent de n’être pas assez payés, ce qui ajoute de l’humour et crée des situations d’altercations alcoolisées). 

Au lieu de se présenter comme un jeu de pouvoir entre un homme et une femme, cette relation compliquée repose sur un point d’équilibre qui se déplace sans arrêt, car aucun des deux n’est jamais complètement certain de ses sentiments et désirs ou de ceux de l’autre. Par ailleurs, le jeu de Potaceanu comme celui de Condeescu est inégal, ce qu’on hésite à imputer à leur compétence ou à ce que requiert le rôle.

On pourrait considérer que Monica est une version adulte de la Veli de la première moitié de Loverboy. Dans ce film, Condeescu jouait une adolescente éperdue d’amour, et là, elle incarne une femme qui ne croit plus à la relation idéale, peut-être parce qu’elle est devenue mère trop tôt. De son côté, Adrian semble sûr de lui au début du film, mais plus le récit avance, plus il doute des sentiments de sa femme et de lui-même. Le problème est qu’évidemment, les affaires de coeur n’ont jamais de réponse simple, tout enclin qu’on soit à se dire que l’amour est la réponse à tout. Ainsi, le nouveau film de Mitulescu ne jalonne pas davantage la piste de ce questionnement, mais il présente une situation tout à fait crédible.

By the Rails a été coproduit par la société roumaine Strada Film avec les partenaires suédois Film Väst et The Chimney Pot. Les ventes internationales du film sont assurées par Cercamon

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : By the Rails
titre original : Dincolo De Calea Ferata
pays : Roumanie, Italie, Suède
vente à l' étranger : Cercamon
année : 2016
réalisation : Catalin Mitulescu
scénario : Catalin Mitulescu
acteurs : Alexandru Potaceanu, Ada Condeescu

prix/sélections spéciaux

Karlovy Vary International Film Festival 2016 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

ArteKino