Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

The Giant : à la hauteur de ses élans

par 

- SAN SEBASTIAN 2016 : Le premier film du Suédois Johannes Nyholm est un film très vivant où s’entrechoquent la dure réalité et l'imagination précieuse, sur fond de championnat de pétanque

Critique
Johan Kylén et Christian Andrén dans The Giant

Le point d’où s’élance The Giant [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Johannes Nyholm
fiche film
]
est pour le moins hors du commun. Ce premier long-métrage du Suédois Johannes Nyholm, projeté en avant-première mondiale au 41ème Festival de Toronto et à présent en compétition au 64ème Festival de San Sebastian, va dans différentes directions à la fois : vers un portrait naturaliste d’un homme affecté d’une malformation et de tout ce que cela suppose ; vers l’histoire d’un dépassement personnel à travers un championnat de pétanque ; vers un conte imaginaire plein de vitalité, de symbolisme et de couleurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Le cochonnet du film est Rikard, un jeune homme de 29 ans atteint d’une déformation génétique qui affecte tout son corps, notamment son visage. Ce pauvre “elephant man” vit dans un établissement pour les sujets affectés d’incapacités mentales (il souffre aussi d’autisme et ne peut communiquer normalement), mais c’est au dehors que se trouve la seule chose qui lui donne envie d’aller de l’avant : la pétanque. Avec son ami Roland, qui est une sorte de protecteur tout terrain, ils jouent au sein d’une association qui espère participer à un tournoi scandinave désormais imminent. Hélas, même la pétanque a ses risques pour un individu qui souffre de la même affliction que Rikard (admirablement interprété par Christian Andrén, sous un masque). Dès le première scène, on voit une boule métallique lui arriver en pleine tête, ce qui le condamne pour toujours à l’hôpital.

À partir de là, Nyholm laisse libre court à un inventif cocktail de réalité et d’éléments imaginaires. Déjà dans l’incipit, en partant de l’image de boules sur le terrain, il emploie l’angle subjectif du géant, qui avance à grands pas dans la toundra et voit tout ce qui se situe 50 mètres plus  bas dans des couleurs vives et saturées qui tranchent avec la grise ville. Ce géant, c’est Rikard, ou du moins l’est-il en esprit, puisque c’est là qu’il peut atteindre tout ce qui lui est impossible dans la vie, tout en essayant d’affronter les traumatismes de son passé – car après sa naissance, il fut séparé de sa mère psychotique, à présent isolée dans un appartement qu’elle partage avec un perroquet.

Le parcours de Rikard évolue entre tous ces pôles jusqu’à ce qu’arrive son grand objectif : le championnat de pétanque, qui est l’apogée du film. Nyholm parvient à maintenir jusqu’au bout rythme et les différents axes qui structurent le film, faisant montre au détour du chemin de la grande énergie créative et de l’ingéniosité que lui a inspiré la grande affection qu’il a manifestement pour son personnage. Ainsi, The Giant, qui se déploie entre les hauteurs du géant et les bas de ce bas monde, est un film extrêmement impétueux et émotionnel, ce qui le rend d’autant plus atypique, touchant et fort.

The Giant a été produit en Suède par Garagefilm International et Beo Film. Les ventes internationales du film sont assurées par la société française Indie Sales.

(Traduit de l'espagnol)

galerie photo

titre international : The Giant
titre original : Jätten
pays : Suède, Danemark
vente à l' étranger : Indie Sales
année : 2016
réalisation : Johannes Nyholm
scénario : Johannes Nyholm
acteurs : Christian Andrén, Johan Kylén, Anna Bjelkerud, Linda Faith, Moa Malan, Stina Elinderson, Martin Högdahl, Bo Melin

prix/sélections spéciaux

San Sebastián International Film Festival 2016 
BFI London Film Festival 2016 
Warsaw Film Festival 2016 
Arras Film Festival 206 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

Home Sweet Home
Les Arcs