Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

La ragazza del mondo : l’amour libérateur

par 

- VENISE 2016 : Dans son 1er long-métrage, Marco Danieli nous fait entrer dans le monde rigide des témoins de Jéhovah à travers l’histoire d’une jeune femme à laquelle on interdit d’aimer

Critique
Sara Serraiocco dans La ragazza del mondo

C’est une histoire d’amour compliquée, peu commune et au dénouement plus qu’inattendu que met en scène le deuxième film italien à être projeté cette année en compétition aux Venice Days : La ragazza del mondo [+lire aussi :
bande-annonce
making of
film focus
interview : Marco Danieli
fiche film
]
de Marco Danieli. Ce récit a de nouveau pour pivot une femme forte et déterminée qui lutte pour sa liberté (un thème récurrent cette année dans la section indépendante de la Mostra de Venise). En l’espèce, il s’agit d’une héroïne qui a été happée dans l’univers rigide des témoins de Jéhovah, qui possède en Italie une de ses communautés les plus florissantes, bien qu’on ne se rappelle souvent leur existence que quand l’un deux sonne à la porte. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Sonner à l’interphone et poser des questions comme “Pensez-vous que Dieu existe ?”, c’est ce que fait aussi Giulia (Sara Serraiocco) quand c’est son tour d’aller prêcher au porte-à-porte. Elle est encore lycéenne, en terminale, et comme elle est douée pour les maths, elle aimerait continuer ses études, ce à quoi l’encourage sa prof (Lucia Mascino). Hélas, sa religion ne le lui permet pas, pas plus que sa mère (Stefania Montorsi), parce que l’université l’empêcherait de consacrer tout son temps à le doctrine des témoins de Jéhovah. Elle accepte donc de travailler dans l’usine de son père (Marco Leonardi). Un jour, lors d’une tournée à sonner aux portes, elle rencontre Libero (Michele Riondino), un jeune des banlieues qui vient de sortir de prison, et elle décide de l’aider en lui offrant un travail. Entre eux deux, une passion ne tarde pas à naître, mais pour quelqu’un de sa confession, tomber amoureux de quelqu’un qui vient “du monde (extérieur)” est strictement interdit sous peine d’être exclu de la communauté. Cependant, Giulia n’a pas l’intention de renoncer à Libero (un prénom qui renvoie en italien à l’adjectif “libre”), qui lui ouvre les portes vers une nouvelle vie. 

Avec ses assemblées obligatoires, ses règles strictes et l’obstracisme qu’il impose à l’encontre de ceux qui abandonnent le culte, l’univers des témoins de Jéhovah est ici décrit dans le moindre détail, avec réalisme et sobriété. Danieli n’oublie pas non plus de montrer que si, d’un côté, cette communauté opprime l’individu en lui dictant tout (comment s’habiller, quoi manger et qu fréquenter), de l’autre elle réunit les gens et leur apporte ce faisant un peu de chaleur humaine. Cette chaleur, on la retrouve dans la voix hypnotisante et paternelle de Giacomo (Pippo Delbono), un ancien de la congrégation qui garde son ton calme et persuasif même quand il cuisine Giulia sur sa relation avec Libero, l’embarrasse, l’humilie, et vient finalement sonner chez elle pour lui annoncer sa radiation – une sentence sans pitié puisque même la mère de Giulia ne pourra plus lui adresser la parole. 

La ragazza del mondo n’est pas pour autant un film de dénonciation. Le monde de Libero, où Giulia est catapultée et en lequel elle a confiance, comporte d’ailleurs lui aussi des dangers et des côtés sombres (“Il vaut mieux rester loin de ce monde : vous n’avez pas tous tort”,  lui dit le garçon). Giulia se retrouve donc d’un coup pétrie de doutes et de nostalgie. Heureusement, une troisième voie est possible qui ne peut être entravée : celle de la liberté.

La ragazza del mondo a été produit par le Centre expérimental de la cinématographie de Rome (l’équivalent de la Fémis) avec Rai Cinema, en coproduction avec la société française Barbary Film. Les ventes internationales du film sont gérées par Intramovies. En Italie, il sortira cet automne, distribué par Bolero Film.

(Traduit de l'italien)

galerie photo

titre international : Worldly Girl
titre original : La ragazza del mondo
pays : Italie, France
vente à l' étranger : Intramovies
année : 2016
réalisation : Marco Danieli
scénario : Marco Danieli, Antonio Manca
acteurs : Sara Serraiocco, Michele Riondino, Pippo Delbono, Marco Leonardi, Lucia Mascino, Stefania Montorsi

prix/sélections spéciaux

Venice Film Festival 2016

Venice Days
Arras Film Festival 206 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

Home Sweet Home
Les Arcs