Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Inés París & Daniela Fejerman • Réalisatrices

email print share on facebook share on twitter share on google+

Deux femmes pour une même ambition

par 

- Deux femmes unies autour d'une même ambition qui défient tous les tabous, le sourire aux lèvres

Interview : Inés París & Daniela Fejerman • Réalisatrices

Cineuropa: Une première question, curiosité inévitable, avant d'entrer dans le vif du sujet: pourquoi avoir choisi d'intituler votre comédie Semen ("semence")?
Inés París: Semen est l'histoire d'une goutte, une goutte qui change la vie de tous les personnages qui en découlent. Ce matin, le chauffeur de taxi qui m'a conduite ici m'a raconté que de nouvelles affiches annoncaient la sortie d'un film intitulé Semen qui n'était à l'évidence pas "un de ces films pour adultes", sans quoi ces affiches n'orneraient pas tous les murs de la ville. Cela montre bien que nous avons atteint notre but: Semen, una historia de amor est un titre en deux parties, et bien que la première puisse choquer le spectateur, la seconde annonce le tour romantique que prend au fur et à mesure le film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'esthétique du film renvoie clairement à Amélie Poulain. Était-ce votre intention ou est-ce que cela s'explique par des thémes communs?
Daniela Fejerman: Nous avions ce film en tête comme référence esthétique possible, ce dont nous avons discuté avec l'équipe, mais nous souhaitions également trouver un style qui nous soit propre. Ce qui revenait beaucoup dans nos discussions, c'est que nous aimions l'esthétique d'Amélie Poulain mais pas le ton mielleux voire mièvre du récit. Ce film est une des rares références visuelles que nous avons retenues pour Semen. Dans les deux cas, ce qui est intéressant, c'est la recherche (qui caractérise l'ensemble du cinéma européen) d'une esthétique différente, parce qu'on ne peut plus continuer de faire du cinéma de la même manière que dans les années 1980. On ne retrouve plus dans la littérature contemporaine le réalisme de ces années-là. Ce ne sont plus les mêmes histoires qu'on raconte à présent; il faut donc changer également la façon de raconter. L'Espagne est un pays idéal pour de telles expériences parce que malgré le manque de moyens dont y dispose le cinéma, nous comptons quelques excellents professionnels capables de réaliser des images merveilleuses.

Après le succès de Ma mère préfère les femmes, vous avez choisi de travailler de nouveau ensemble. On ne change pas une équipe qui gagne, n'est-ce pas? Inés París: Nous nous connaissons depuis de nombreuses années, au niveau professionnel et personnel. Nous avons toutes deux la même formation, ayant toutes deux été actrices avant de se tourner ensemble vers la réalisation. Cela fait sept ans que nous co-écrivons des scénarii pour le cinéma et surtout la télévision, qui ont en commun un univers thématique qui nous convient bien et nous rend heureuses. Grâce à ces années de collaboration, on peut dire que nous avons acquis un bon niveau de compréhension mutuelle. Cependant, nous ne travaillons pas toujours ensemble. Daniela et moi formons un duo inséparable depuis sept ans, mais nous n'excluons pas la possibilité de travailler chacune de son côté dans un futur proche.

Vous venez de dire qu'il n'est pas facile de faire du cinéma en Espagne. Est-ce d'autant plus vrai pour deux femmes qui font de la mise en scène? Daniela Fejerman: Si tu savais... Nous avons tout vu, mais c'est du passé. Naturellement, être une femme n'est plus un problème une fois qu'on est vraiment devenue réalisatrice; c'est quand on est en train de le devenir que c'est difficile. Maintenant, on peut dire que nous avons ni plus ni moins les mêmes problèmes et les mêmes privilèges que nos collègues masculins. Toujours est-il que le parcours à faire pour en arriver là a été très dur, car c'est quelquechose qui ne s'apprend pas. En Espagne, les femmes ne sont pas éduquées de manière à pouvoir créer par elles-mêmes et diriger une équipe technique professionnelle. La femme active est un concept relativement neuf dans ce pays; aujourd'hui encore, il y a encore très peu de femmes à des postes à responsabilité.


Biographie:

Inés París et Daniela Fejerman sont diplômées respectivement en Philosophie et Psychologie. Elles ont toutes les deux été comédiennes de théâtre avant de se tourner l'une (Inès) vers la mise en scène et l'autre (Daniela), vers l'écriture.
Cela fait près de onze ans qu'elles font équipe en tant que scénaristes pour de nombreuses séries télévisées ainsi que quelques films, comme Se quién eres de Patricia Ferreira.
Leur premier long métrage, intitulé Ma mère préfère les femmes et interprété par Rosa María Sardá et Leonor Watling, a connu a grand succès national et international auprès du public et de la critique.
Semen, una historia de amor est le deuxième film qu'elles réalisent.


Filmographie

2005 - Semen, una historia de amor
2002 - A mi madre le gustan las mujeres (Ma mère préfère les femmes)
1999 - Vamos a Dejarlo (court-métrage)
1997 - A mí quien me manda meterme en esto (court-métrage)

galerie photo

titre international : Semen (A Love Sample)
titre original : Semen (Una historia de amor)
pays : Espagne
année : 2004
réalisation : Daniela Fejerman, Inés París
scénario : Daniela Fejerman, Inés París
acteurs : Ernesto Alterio, Leticia Dolera, Héctor Alterio, María Pujalte, María Isbert
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Les Arcs report

Newsletter

Unwanted_Square_Cineuropa_01