Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Nuno Lopes • Acteur

email print share on facebook share on twitter share on google+

L'acteur et la recherche de la méthode

par 

- Son interprétation dans Alice révèle un acteur en pleine maîtrise de sa force dramatique, comme on ne lui avait jamais vu avant. Interview avec un acteur au profil de "shooting star"

Interview : Nuno Lopes • Acteur

Nuno Lopes, 27 ans, a commencé sa carrière dans le théâtre, une passion qui l' a conduit à travailler avec des metteurs en scène aussi différents que Luís Miguel Cintra, António Pires, Christine Laurent ou Brigitte Jacques. Au Portugal, son nom est cependant indissociable de programmes humoristiques où il composait des personnages burlesques et des caricatures de participants de télé réalité. Sur le grand écran, on l'a vu dans Peixe Lua de José Álvaro Morais et dans António, um rapaz de Lisboa de Jorge Silva Melo, avant sa première expérience à l'étranger dans Ma Mère de Christophe Honoré.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa: Qu'est-ce qui vous a attiré dans le personnage?
Nuno Lopes: Mário est un personnage très riche. C'était un grand défi pour moi parce qu'il est présent du début à la fin du film. La caméra le suivait tout le temps, ce qui exigeait une retenue et une précision énormes dans ma façon de jouer. Après, en discutant avec le réalisateur, j'ai compris qu'il voulait faire un film sur l'obsession et sur la solitude dans une grande ville. C'étaient des sujets qui m'intéressaient moi aussi.

Comment avez-vous abordé le personnage? Avez-vous eu des contacts avec la famille de l'enfant disparu, vu que film est inspiré d'un cas réel, largement médiatisé?
J'ai rencontré Filomena Teixeira, la mère de Rui Pedro. Ca a été l'un des moments les plus importants pour me préparer. D'une certaine manière elle m'a fait comprendre que perdre un fils dans des circonstances pareilles, c'est pire que la mort. Il a eu aussi une préparation intense avec le réalisateur. On a récrit tous les deux le scénario, on a fait des répétions. Je voulais représenter quelqu'un qui était dans une quête; pas quelqu'un qui est en train de devenir dépressif ou de mourir. Physiquement, j'ai essayé d'être le plus fatigué possible, j'ai perdu du poids et je n'ai pas beaucoup dormi pendant les 3 mois du tournage, pour que la fatigue s'installe vraiment dans mon corps. Mais au niveau psychologique je voulais montrer justement le contraire, représenter quelqu'un qui est toujours en train de battre.

Cet homme est obsédé ou ce genre d'espoir actif est tout ce qui lui reste ?
Je crois qu'il ne se voit pas comme un obsédé. Si ton enfant a été kidnappé, il n'y a pas vraiment le choix. Il y a une scène qui, pour moi, résume un peu son état d'âme. Un ami lui dit : "Et si Alice n'est plus à Lisbonne?", à quoi il répond "Et qu'est-ce que je pourrait faire d'autre?". Contrairement à sa femme, Mário est un homme qui ne croit pas dans le système. Il créé alors un monde à lui, un système alternatif pour continuer à vivre et à se battre. L'obsession, c'est l'image que nous avons de lui parce qu'on est dehors, parce qu'on n'a jamais vécu une tragédie semblable. Malgré tout, je crois qu'il dégage un espoir dans l'avenir.

Qu'est que Alice vous a apporté en tant qu'acteur?
Pour moi, le film était surtout l' opportunité d'améliorer ma technique de jeu au cinéma. C'est un langage particulier, très différent de la télévision et du théâtre. C'était un grand apprentissage parce que dans mes films précédents j'avais toujours eu très peu de temps de tournage. Je ne m'avais jamais rendu compte à quel point le cinéma pourrait être important pour moi. Alice m'a donné l'envie de continuer à apprendre cette technique – je pense à continuer ma formation a New York l"année prochaine - et de continuer à travailler pour le cinéma.

Après les bonnes critiques à Cannes, envisagez-vous de participer à une coproduction européenne?
Rien de prévu encore, mais j'aimerais bien. La seule expérience de cinéma à l'étranger que j'ai eu jusqu'à présent fut Ma Mère. C'était un petit rôle mais j'ai pu travailler avec Isabelle Huppert. Voilà une actrice qui maîtrise à la perfection la technique du jeu au cinéma.

galerie photo

titre international : Alice
titre original : Alice
pays : Portugal, France
vente à l' étranger : Gémini Films
année : 2005
réalisation : Marco Martins
scénario : Marco Martins
acteurs : Nuno Lopes, Beatriz Batarda, Miguel Guilherme, Ana Bustorff, Gonçalo Waddington, Carla Maciel, José Wallenstein, Laura Soveral

prix/sélections spéciaux

Cannes 2005Quinzaine des Réalisateurs (sélection)
Prix Regards Jeunes
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Unwanted_Square_Cineuropa_01