Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Oskar Roehler • Réalisateur

email print share on facebook share on twitter share on google+

Adaptation élémentaire

par 

- Le réalisateur des Particules élémentaires évoque pour nous son travail d'adaptation du roman de Michel Houellebecq

Interview : Oskar Roehler • Réalisateur

Cineuropa : Ce récit vous renvoie-t-il à votre histoire personnelle. La plupart des thèmes traités ici étaient déjà présents dans vos précédents travaux, particulièrement dans Agnes and His Brothers ?
Oskar Roehler : J'ai aimé le livre et voulais faire ce film parce qu'il en dit très long sur ma génération (surtout sur les hommes), la génération qui a maintenant la quarantaine, sur nos faiblesses, nos mauvais rapports avec la génération d'avant et nos nécessaires luttes culturelles. Voilà les raisons pour lesquelles je voulais faire cette adaptation - les histoires de ces personnages sont si vraies et si fidèles à la réalité ! C'est assez audacieux en ce qu'il s'agit de se moquer de la sexualité masculine et les complexes d'infériorité des hommes. Le roman est tout-à-fait fascinant, je n'avais jamais rien lu auparavant qui traite de ces sujets avec une telle honnêteté.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Quel a été la plus grosse difficulté rencontrée lors de l'adaptation de ce roman controversé ?
Quand j'ai commencé de réfléchir au scénario, j'étais très conscient du fait que l'auteur du livre est très critique de la société. Grosso modo, le roman fonctionne à deux niveaux : il exprime entre autres un point de vue socio-politique méprisant de l'humanité qui lui dit : "tu es finie, fais place à la nouvelle race". Plus je réfléchissais à cette position, plus je me rendais compte que l'adopter dans un film aurait été gênant. Quand j'ai lu le livre pour la première fois, j'ai joué le jeu et j'ai accepté son orientation, mais quand j'ai commencé à songer à ses implications, je ne pouvais plus être d'accord. J'ai grandi ici en Allemagne, où on a fait des expériences pour créer une race supérieure, et dans le livre, on trouve aussi cet aspect savant fou qui se comporte de la sorte par frustration sexuelle. Je me méfie des gens qui n'ont aucune vie sexuelle, quelquepart, cela me met mal à l'aise. J'ai donc changé la fin [par rapport au livre].

Quel est le raisonnement qui mène à cette nouvelle fin, que les spectateurs ayant lu le livre trouveront effectivement bien différente ?
Dès le départ, on a discuté de la manière dont le film devrait se conclure. Si nous avions intégré dans le film les idées que le roman développe concernant la conquête du monde par une nouvelle race d'êtres humains sans sexualité, il aurait fallu trouver comment filmer telle chose. Nous avons imaginé quelque chose dans le style de Stanley Kubrick ou d'un video clip où des êtres asexués errent sur la plage à la lumière du soleil couchant, mais finalement, nous avons décidé de laisser ces aspects complètement hors du film [quoiqu'il y est fait allusion dans le court épilogue écrit qui apparaît à l'écran.] Nous aurions pu faire une science-fiction porno très avant-gardiste mais nous avons finalement décidé que nous préférions raconter une histoire d'amour — où une histoire sur la possibilité ou non de l'amour — et nous concentrer sur les émotions, ce qui est une approche plus classique du cinéma. Les deux choses sont dans le livre, mais pour faire un film, je pense qu'il est bon d'en rester à l'une ou l'autre. Je pense qu'un récit classique de film supporte un désastre voire deux, mais pas une conclusion dramatique pour chaque personnage et l'humanité toute entière avec. La fin est loin d'être heureuse pour Bruno et Christiane - mais les autres personnages s'en sortent mieux que dans le livre.

Parlez-nous un peu de votre décision de dernière minute d'intervertir les rôles des deux acteurs principaux ?
Nous avons décidé de les intervertir quatre semaines avant le tournage. Moritz [Bleibtreu], qui joue Bruno, jouait un rôle similaire dans mon film précédent [Agnes and His Brothers] et je voulais retravailler avec lui, mais il craignait de se répéter et donc j'ai commencé les répétitions sur un compromis : je lui ai dit qu'il n'était pas obligé de jouer Bruno et qu'il pouvait faire l'autre frère s'il voulait. Avec Christian [Ulmen], l'acteur qui interprète le rôle de Michael], nous avons vraiment eu de la chance, parce que c'est un caméléon et que lors des répétitions, il jouait bien Bruno. Cependant, après quelque temps, je me suis rendu compte que Moritz était vraiment fasciné par le rôle qu'il ne voulait au début pas jouer, alors à un moment, nous nous sommes regardés dans les yeux, sachant qu'il fallait tout inverser. C'est mon acteur allemand préféré du moment et si j'avais de nouveau un rôle parfait pour lui, je n'hésiterais pas une seconde à retravailler avec lui.

Le film parle de sexe, mais on n'en voit pourtant pas beaucoup à l'écran...
L'action et les personnages ont le sexe pour moteur et je voulais que cela suffise. Je ne voulais pas vraiment montrer le sexe à tous les tournants mais simplement en parler et exprimer clairement que c'est ce qui guide les personnages. Cependant, après deux drames sur le sexe [Agnes and His Brothers et Les particules élémentaires [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Franka Potente & Moritz Bl…
interview : Oskar Roehler
fiche film
]
], je vais faire un film sur un autre sujet, et dans celui-là, il y aura des scènes de sexe! [rires]

galerie photo

titre international : The Elementary Particles
titre original : Elementarteilchen
pays : Allemagne
vente à l' étranger : Celluloid Dreams
année : 2006
réalisation : Oskar Roehler
scénario : Oskar Roehler
acteurs : Moritz Bleibtreu, Christian Ulmen, Martina Gedeck, Franka Potente

prix/sélections spéciaux

Deutscher Filmpreis (Lolas), 2006 Meilleur acteur (Moritz Bleibtreu)
Berlinale 2006 Ours d'Argent du Meilleur Acteur (Moritz Bleibtreu)
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Unwanted_Square_Cineuropa_01