Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Dragos Vîlcu • Producteur

email print share on facebook share on twitter share on google+

"Trouver de l'argent à l'étranger est difficile"

par 

- Rencontre avec un jeune producteur complice des trois longs métrages réalisés par Radu Muntean

Interview : Dragos Vîlcu • Producteur

Agé d’un peu plus de trente ans, Dragos Vîlcu est ce qu'on peut appeler un producteur dynamique : après avoir été le producteur exécutif du premier film de Radu Muntean,Rage, et de Love Sick de Tudor Giurgiu, il a décidé de produire The Paper Will Be Blue etBoogie [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Dragos Vîlcu
interview : Radu Muntean
fiche film
]
, tous réalisés par Muntean.

Cineuropa : À combien s'est monté le budget de Boogie et comment avez-vous financé le film ?
Dragos Vîlcu : Le budget a approché les 750 000 euros. Nous en avons obtenu presque la moitié du Centre de la cinématographie roumain ; le reste nous a été fourni par des coproducteurs : Antena 1 TV et quelques sociétés de publicité avec lesquelles nous travaillons souvent.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Combien de temps est passé entre le moment où le scénario a été prêt et le début du tournage ?
Nous souhaitions initialement tourner en mai 2007, mais il nous restait trop peu de temps pour boucler le budget, alors le tournage a commencé en septembre. Cela nous a laissé 7 à 8 bons mois de pré-production.

Quelles ont été les plus grosses difficultés qui se sont présentées pendant la production de Boogie ?
Cela ne serait pas juste de dire que Boogie a été compliqué à produire. Avec six acteurs, dix lieux de tournage confortables et une petite équipe, c'était vraiment simple comparé au tournage de la Révolution de 1989 dans The Paper Will Be Blue. Le plus difficile a été de réunir le budget avant de commencer à tourner. Nous n'étions pas sûrs de tous de nos partenaires dès le départ, alors j'ai dû financer le film moi-même pendant un bon moment.

A votre avis, pourquoi il y a encore si peu de coproductions réalisées chaque année en Roumanie, malgré l'intérêt des producteurs étrangers pour le cinéma roumain ?
Je ne peux que parler pour moi, mais trouver de l'argent à l'étranger est difficile et prend du temps. Je ne dis pas que j'ai un a priori contre les financements étrangers : nous sommes allés au Cinemart de Rotterdam avec Boogie et nous essaierons la même chose avec notre prochain film, mais nous préfèrerions pouvoir boucler le budget avec des fonds roumains et tourner le film avec un plein contrôle financier et artistique, et seulement ensuite trouver des vendeurs à l'international et des distributeurs.

À quel public pensez-vous que Boogie plaira le plus ?
Bien sûr, nous aimerions atteindre un large public, en Roumanie et ailleurs. Évidemment, le film s'adresse avant tout aux spectateurs de langue roumaine ; beaucoup de jeux de langage seront inévitablement perdus dans les traductions. D'un autre côté, le sujet est universel et nous espérons qu'il stimulera aussi le public étranger.

Qu'avez-vous personnellement pensé de cette histoire quand vous l'avez entendue pour la première fois ?
Cela fait plus de trois ans maintenant que je la connais. Radu m'avait fait part de deux idées qu'il avait et ces deux idées sont devenues les deux films que nous avons fait ensemble. En toute sincérité, je me suis senti plus connecté à Boogie : j'ai le même âge que les personnages et le thème me touche aussi personnellement. Même sur le plan commercial, le sujet me paraissait plus prometteur que celui de The Paper Will Be Blue, mais Radu a insisté pour que nous faisions ce film d'abord parce qu'il était plus facile a écrire et que le concours de scénarios du Centre national de la cinématographie roumain approchait.

Quelle votre relation avec Radu Munteanu, après avoir travaillé à la production de ses trois longs métrages ?
Cela fait dix ans que je travaille avec Radu pour le cinéma et la publicité. Nous nous entendons plutôt bien et nous faisons mutuellement confiance. Il a gagné de la confiance en lui en faisant de la pub ; il a de l'expérience et sait exactement ce qu'il veut, ce qui est extrêmement rassurant pour un producteur.

galerie photo

titre international : Boogie
titre original : Boogie
pays : Roumanie
année : 2008
réalisation : Radu Muntean
scénario : Alexandru Baciu, Razvan Radulescu, Radu Muntean
acteurs : Dragos Bucur, Anamaria Marinca, Mimi Brănescu, Adrian Văncică, Vlad Muntean, Roxana Iancu, Geanina Varga

prix/sélections spéciaux

Cannes 2008 Quinzaine des Réalisateurs
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01