Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Pedro Almodóvar • Réalisateur

email print share on facebook share on twitter share on google+

"Je suis incapable de respecter les règles des genres"

par 

- Almodóvar mêle thriller, science-fiction et mélodrame dans son adaptation très attendue d'un roman de Thierry Jonquet.

Interview : Pedro  Almodóvar   • Réalisateur

Pedro Almodóvar a répondu aux journalistes de la presse internationales après la projection de La piel que habito [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Pedro Almodóvar
fiche film
]
, présenté en compétition au 64ème Festival de Cannes. Le maestro espagnol était accompagné par son frère Agustín (co-scénariste et producteur du film) et par ses acteurs : Antonio Banderas, Elena Anaya et Marisa Paredes. Morceaux choisis de la conférence de presse.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Qu'est-ce qui vous a séduit dans le roman Mygale de Thierry Jonquet?
Pedro Almodóvar : Je l'ai lu il y a une dizaine d'années. Ce qui m'a attiré, et c'est la seule chose qui demeure dans le film (car au fil du temps, je me suis bien éloigné de l'original), c'est la disproportion de la vengeance du Docteur Ledgard.

Comment décririez-vous le personnage interprété par Antonio Banderas?
Le personnage d'Antonio est un créateur, quelqu'un qui est sur le point de créer la vie, l'organe qui nous identifie et que nous sépare des autres. Il vient d'une famille féroce, très sauvage et indépendante moralement. Son éducation est différente de celle d'un Espagnol moyen. Sa culture n'est pas fondée sur le châtiment et le péché comme la mienne. C'est un psychopathe sans scrupules, sans aucune empathie, un personnage extrême qui convient bien à ce film parce qu'il nous promet des cruautés sans nuances, et auquel il faut naturellement, pour faire correspondre un personnage comme celui d'Elena [Anaya], qui est capable de survivre à toute cette cruauté.

Cette incursion dans le thriller est-elle un nouveau tournant dans votre carrière?
Au fil de ma trajectoire personnelle et professionnelle, je suis passé par différents genres qui étaient les favoris du moment. À présent, le thriller est un genre qui peut être combiné avec d'autres. On ne peut plus choisir un genre comme le thriller, le mélodrame, la comédie musicale, etc, avec la même innocence que dans les années 1940 ou 1950. Je ne sais pas comment sera mon prochain film, quoique je suis déjà en train de l'écrire, mais il est fort probable qu'il retourne sur le terrain du thriller.

Quelles autres influences trouve-t-on dans La piel que habito?
Ce qui m'a le plus intéressé, ce sont les thrillers des années 1940 d'auteurs comme Fritz Lang. Si bien que, et c'est une chose que je n'ai pas dit à ceux qui m'accompagnent aujourd'hui à cette table, j'ai envisagé pendant plusieurs mois de faire un film muet, en noir et blanc, à la manière de Fritz Lang. Mais le scénario ne s'y prêtait pas parfaitement. Finalement [après neuf versions du scénario], la seule référence nette que j'ai retenue est Les Yeux sans visage de Georges Franju. Le Frankenstein de Mary Shelley ou même le mythe de Prométhée dont il s'inspire, est plus une résonance dont je me suis aperçu à posteriori. En plus, j'ai voulu m'éloigner du cinéma gore, du spectacle brutal du corps, pour que le spectateur se concentre sur le processus de transgenèse que parvient à concevoir le personnage. Je ne sais pas dans quelle mesure La piel que habito est un film de science-fiction. À Grenade, il y a un laboratoire qui fait de la peau artificielle et la transgenèse est une réalité que la bioéthique essaie naturellement d'empêcher pour ne pas mélanger les êtres humains avec d'autres espèces, mais qui se pratique régulièrement dans d'autres domaines : l'alimentation, le textile...

Quelle relation ont la science et l'art ?
Le personnage d'Elena trouve du réconfort dans l'art de Louise Bourgeois, qui l'aide à se maintenir en vie. L'art, en l'espèce, est un mode de survie. La science va dans un autre sens. Je crois que la science va transformer le concept d'"humanité". Nous y gagnerons beaucoup, mais il y a une inconnue quant au fait que l'Homme puisse déterminer, via la génétique, le détail de la naissance d'un nouvel être. La science nous aide beaucoup mais elle va aussi nous mettre devant un abîme. L'art sera toujours là pour nous accompagner, pour nous donner du plaisir ou nous aider à survivre.

galerie photo

titre international : The Skin I Live In
titre original : La piel que habito
pays : Espagne
vente à l' étranger : Filmnation Entertainment
année : 2011
réalisation : Pedro Almodóvar
scénario : Pedro Almodóvar
acteurs : Antonio Banderas, Elena Anaya, Marisa Paredes, Jan Cornet, Roberto Álamo, Blanca Suárez, Eduard Fernández, José Luis Gómez, Bárbara Lennie, Susi Sánchez, Fernando Cayo

prix/sélections spéciaux

Cannes 2011 En Compétition
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

ArteKino

Newsletter

Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01