Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Cesc Gay • Réalisateur

email print share on facebook share on twitter share on google+

Truman aurait été très différent s'il avait été interprété par des femmes"

par 

- SAN SEBASTIAN 2015 : Rencontre avec Cesc Gay, en lice pour le Coquillage d'or avec Truman Coquillage d'argent de la meilleure interprétation masculine pour Ricardo Darín et Javier Cámara

Interview : Cesc Gay  • Réalisateur

Cesc Gay est arrivé à notre interview fatigué, mais heureux. Sur la terrasse de l'Hôtel Maria Cristina, où il fait un peu frais, car le soleil est discret, Cineuropa a interrogé le réalisateur sur son nouveau "bébé", Truman [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
film focus
interview : Cesc Gay
fiche film
]
, en compétition au 63ème Festival de San Sebastian, où il a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements, de même que les "muses" de Gay dans ce film, Ricardo Darin et Javier Camara.

Cineuropa : Comme est venue l'idée de raconter le film à rebours, en partant de la fin pour reconstruire l'histoire jusqu'à ce moment ?
Cesc Gay :
Il ne s'agit pas dans le film de résister à ce qui se passe après, mais au contraire de l'accepter. De nombreux films sont construits autour du combat contre le sort : on a d'abord le diagnostic, et puis à la fin on s'en tire. Le scénario de ce film a un début bien plus grave : c'est pour ça          que Tomas prend cet avion, parce que son ami a décidé qu'il ne reviendrait pas. Il le sait déjà, mais il le découvre aussi, et c'est ça qui fait qu'il monte dans l'avion. Il était prêt à jeter l'éponge quand...

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Avez-vous situé Tomas au Canada pour ajouter un élément dramatique ?
Oui, je voulais souligner la distance entre les deux hommes parce que quand quelqu'un traverse la planète pour voir un ami, ça veut dire que c'est important. Ça donne de l'élan au film, ça montre que quelque chose de significatif se passe. Je voulais mettre en évidence une distance physique, mais aussi émotionnelle, de manière à ce que tout ce qui suive soit plus intense. De même, quand Tomas repart, ils savent qu'ils ne se reverront plus jamais.

Une des choses les plus difficiles à éviter, quand on aborde le thème de la mort, c'est de tomber dans le sensationnalisme ou la sensiblerie, mais vous évitez très bien l'écueil.
Je sentais qu'il fallait qu'il y ait un équilibre entre les scènes : les scènes avec le fils, la scène de sexe, qui est libératrice pour Julian, et les séquences plus sombres qui viennent après... Il fallait que le film contienne tous les ingrédients, et que nous dosions ceux-là avec soin. J'essaie toujours de rester très proche de la réalité et de la vérité quand j'écris. Je n'ai jamais écrit en me référant aux codes cinématographiques – bien que cela m'ait beaucoup nui dans mes recherches de financements. Nous ne confectionnons pas nos scénarios à partir de la recette américaine que le spectateur connaît par coeur. Là-bas, tout est très prévisible, or j'essaie d'éviter cela, justement. Truman aurait été très différent s'il avait été interprété par des femmes, parce qu'il aurait été plus expressif, plus empathique, plus propice aux larmes. Je ne sais pas si j'aurais été capable d'écrire ce scénario là : pour moi, il était évident qu'il s'agissait d'une histoire d'hommes. Je voulais la construire à partir des sentiments contenus, de la pudeur.

Javier Camara a évoqué en conférence de presse la bonne ambiance qui s'est créée sur le plateau. A-t-il difficile de faire un film où la mort est aussi présente ?
Ça n'a rien à voir. La manière d'être des gens et le genre d'ambiance de travail qui se crée entre eux sur un plateau n'ont rien à voir avec le fait qu'il tourne Pirates des Caraïbes ou autre chose. Chacun est à son poste, que ce soit le chef-opérateur, le chef-électro ou l'acteur, et ce dernier a les outils pour aller d'un lieu à l'autre. C'est pour cela qu'il est si difficile de faire du cinéma ! J'ai dû beaucoup contenir Javier Camara, mais une fois la scène terminée, il se libérait et racontait des blagues.

Comment avez-vous choisi les acteurs ? Les aviez-vous en tête dès le départ ?
J'ai tout de suite pensé à Camara et Darin et j'ai eu la chance qu'ils acceptent. Ce sont d'immenses acteurs.

(Traduit de l'espagnol)

galerie photo

titre international : Truman
titre original : Truman
pays : Espagne, Argentine
vente à l' étranger : Filmax International
année : 2015
réalisation : Cesc Gay
scénario : Tomàs Aragay, Cesc Gay
acteurs : Ricardo Darín, Javier Cámara, Dolores Fonzi, Eduard Fernández, Àlex Brendemühl

prix/sélections spéciaux

San Sebastián International Film Festival 2015 Compétition officielle
Zurich Film Festival 2015 
Les Arcs International Film Festival 2015 
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

Seneca's Day Lithuania
Home Sweet Home