Choisissez votre langue en | es | fr | it

Q&A : Mia Hansen-Løve • Réalisatrice

email print share on facebook share on twitter share on google+

"Ce film n'est pas nécessairement différent de mes précédents"

par 

- BERLIN 2016 : La cinéaste française Mia Hansen-Løve s'est entretenue avec la presse à la Berlinale au sujet de sa nouvelle tranche de vie, L'Avenir. Ours d'argent du meilleur réalisateur

Q&A : Mia Hansen-Løve  • Réalisatrice
(© Berlinale)

Il ne serait pas exagérer de dire que Mia Hansen-Løve est l’un des auteurs les plus passionnants et talentueux du cinéma français actuel. Depuis ses débuts avec Tout est pardonné [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : David Thion
interview : Mia Hansen-Löve
fiche film
]
, jusqu’à son précédent film, Eden [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Charles Gillibert
interview : Mia Hansen-Løve
fiche film
]
, elle s’est toujours attachée à dépeindre les tribulations liées au temps et à la jeunesse. Dans L’Avenir [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Mia Hansen-Løve
fiche film
]
, elle fait un bond dans le temps et c’est à présent une femme d’âge mur qui doit faire face à des changements et, bien évidemment, au temps qui passe. Le film, interprété par la toujours excellente Isabelle Huppert, est en compétition pour l’Ours d’or à la 66e édition de la Berlinale, et Hansen-Løve en a profité pour participer à une séance de questions/réponses avec la presse internationale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vos précédents films montrent des jeunes gens en quête de quelque chose. Celui-ci traite d’une femme dans la fleur de l’âge qui fait face à des changements. D’où ce changement vient-il ?
Mia Hansen-Løve : Ce film n’est pas nécessairement différent de mes précédents, même si la protagoniste est différente car, comme vous l’avez dit, les précédents étaient jeunes. Mais la source est identique : le temps passe, il échappe à tout le monde, et je m’identifie fortement avec tous les personnages de mes films, qu’ils soient des femmes ou des hommes… Après, avec un peu de perspective, tout dépend de la manière avec laquelle ils y font face. Mais avant tout, le film parle du sens de la vie, et si l’on regarde en arrière, c’est avoir une sorte de rétrospective de ce qui s’est passé.

D’où viennent tous ces détails qui sont représentés dans vos films ? Sont-ils inspirés de la vie de quelqu’un ?
Il est un peu difficile pour moi de ne pas révéler la source de ces détails, car mes deux parents sont professeurs de philosophie. J’imagine que cela a en effet influencé certains détails lors de l’écriture. À présent, je suis vraiment étonnée de me rendre compte que j’ai attendu dix ans avant d’aborder ce thème et d’en faire un film. Certains disent que mes films sont autobiographiques, et cela pourrait s’appliquer encore une fois ici. C’est un film qui traite du monde dans lequel je suis née et j’ai été élevée : deux parents qui étaient professeurs de philosophie. Toute cette réflexion philosophique et cette discussion, c’était toujours ainsi chez moi.

Le film n’existerait pas si nous n’avions pas connu la période de philosophie féministe dont Simone de Beauvoir a été la figure de proue, mais l’histoire ne fait jamais spécifiquement référence à ce mouvement.
Je pense que le personnage principal est l’incarnation de la liberté et de l’émancipation féminine. Les avancées sociales qui ont eu lieu à la fin des années 1960 et au début des années 1970 ont été remarquables, mais jamais je n’ai pensé devoir introduire spécifiquement ces moments historiques dans l’histoire, car le film est centré sur la personnalité de la protagoniste, sa liberté, et son évolution, à la fois émotionnelle et psychologique.

Éric Rohmer vous a-t-il inspirée ?
Je n’oserais pas dire que je suis une héritière de Rohmer… Je pense que le film parle de trouver sa propre voie, et c’est certainement un thème commun à ses films. Il était évidemment un très grand cinéaste et des œuvres comme The Green Ray et Conte d’hiver m’ont certainement influencée. Lorsque j’ai débuté, il était le réalisateur que j’admirais le plus.

À quel moment de l’écriture du scénario Isabelle Huppert a-t-elle rejoint le projet ?
Dès le début. Je n’aurais pas été capable d’écrire le scénario si je n’avais pas su d’emblée qu’Isabelle en ferait partie, si je ne l’avais pas eue en tête. Auparavant, je n’avais jamais écrit un scénario en étant certaine de qui allait jouer quel rôle. J’ai même déjà tourné des films avec des acteurs amateurs. Cela peut s’avérer difficile, même si le film semble facile et relaxant ; il est nécessaire d’avoir une atmosphère relaxante pour pouvoir retranscrire ce genre d’émotions fortes dans le film. C’est pour cela que lorsque vous avez quelqu’un comme Isabelle pour jouer le rôle, c’est une chance incroyable pour travailler. Isabelle est incroyablement intelligente et possède un excellent sens de l’humour. Son personnage n’était vraiment pas facile, mais l’avoir avec moi m’a permis de déployer mes ailes.

(Traduit de l'anglais)

galerie photo

titre international : Things to Come
titre original : L'Avenir
pays : France, Allemagne
vente à l' étranger : Les Films du Losange
année : 2016
réalisation : Mia Hansen-Løve
scénario : Mia Hansen-Løve
acteurs : Isabelle Huppert, Edith Scob, Roman Kolinka, André Marcon

prix/sélections spéciaux

Berlinale 2016
Compétition - Ours d'argent du meilleur réalisateur
Toronto International Film Festival 2016

Special Presentations
cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Newsletter

ArteKino
Digital Production Challenge II - v1