email print share on facebook share on twitter share on google+

Dossier industrie: Green Film Shooting

Green Film Shooting: Quand les machines réinventent l’eau chaude

par 

- En France, une piscine publique chauffée par la puissance d’un ordinateur pour l’animation 3D

Green Film Shooting: Quand les machines réinventent l’eau chaude

Aujourd’hui, à l’apogée de l’ère numérique, le développement des effets visuels (abrévié VFX pour Visual Effects en anglais), de l’animation 3D et des jeux vidéo ne cesse de se perfectionner mais acquiert également une utilité écologique. Ainsi, il est possible de recycler la chaleur émise par les ordinateurs lors du processus de rendu. C’est comme ça que le studio d’animation français TeamTO, quand il produisait sa série télévisée d’animation en 3D Plankton Invasion, contrôlait et administrait efficacement sa consommation d’énergie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Stimergy, une entreprise basée à Paris, a même imaginé un modèle commercial en vendant l’énergie calorifique générée par ses puissants serveurs informatiques lors du rendu des animations 3D, des effets visuels et des jeux vidéo. Et cela à des prix défiants toute concurrence.

"En nous penchant sur l’impact environnemental généré par la production filmique ou médiatique, nous nous sommes rendu compte du rôle-clé que jouait la post-production", déclare Joanna Gallardo, coordinatrice au sein du consortium Français Ecoprod, qui distille son savoir-faire écologique aux industries cinématographiques et télévisuelles. "Ecoprod se concentre depuis des années sur la production filmique. Pourtant, le processus de post-production recèle un nombre croissant d’innovations écologiques."

Implanté à Paris et à Bourg-lès-Valence (Rhône-Alpes), TeamTO s’est investi depuis sa fondation, en 2008, dans une démarche de production audiovisuelle durable qui favorise des initiatives telles que l’utilisation des énergies renouvelables, la gestion des déchets et les équipements à haut rendement énergétique. En collaboration avec Ecoprod, la compagnie a mis au point un calculateur carbone spécialisé dans l’animation. La série Plankton Invasion, qui met en scène des planctons microscopiques déterminés à conquérir la Terre en provoquant le réchauffement climatique, était la première série d’animation à mesurer son empreinte carbone et à l’indiquer dans son générique.

"Une série télévisée d’animation nécessite de rendre plus de 1,2 million d’images. Chacune d’entre elles requiert au minimum une heure de rendu, et ce traitement sera appliqué au moins deux fois à toutes", souligne Jean-Baptiste Spieser, directeur technique chez TeamTO. "Le calculateur est une aide précieuse". La ventilation mécanique contrôlée double flux (VMC) compte parmi les équipements durables établis par TeamTO dans ses studios, elle permet de chauffer et de refroidir les locaux. "Cela nous permet de recycler 80% de notre chaleur".

La récupération de la chaleur émise par les ordinateurs permet même à Christophe Perron, PDG et fondateur de Stimergy, de chauffer une piscine publique parisienne. "Nous refroidissons nos serveurs par le biais d’un liquide non-électroconducteur. Toute la chaleur dégagée par les ordinateurs se retrouve capturée par ce liquide", explique-t-il. À l’aide d’échangeurs thermiques, Stimergy peut transférer l’énergie capturée par le liquide non-conducteur afin de chauffer une piscine publique ou un immeuble. "Si une entreprise chinoise ou américaine utilisait un système similaire à celui que nous mettons en œuvre pour notre piscine de Butte-aux-Cailles, nous réduirions notre émission carbone de 500T", ajoute-t-il.

Stimergy offre une puissance informatiques adaptées aux différents besoins de ses clients. L’espace du serveur est utilisé pour le stockage des données. "Cependant, nous nous sommes spécialisés dans les prestations issues de l’animation 3D, la VFX et les studios de jeux vidéo."

MM. Spieser et Perron ont présenté leurs cas au Paris Images Digital Summit, où les alternatives de post-production écologiques ont fait parlé d’elles abondamment. Lancé par la Commission du Film d’Île-de-France, ce nouvel évènement a réuni des artistes en arts visuels et des experts de la VFX du monde entier pour discuter des dernières tendances et innovations dans les domaines de la CGI, de la motion-capture, de la 3D et des technologies qui révolutionnent le cinéma, la télévision et les médias. "Nous offrons des recommandations d’ordre pratique afin d’aider les compagnies de post-production à agir d’une manière plus respectueuse de l’environnement. Nous les informons également sur les nouvelles régulations dans le domaine de la fabrication des équipements imposés par la loi", conclu Joanna Gallardo.

En collaboration avec

 

(Traduit par Séverine Meuleman)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.