email print share on facebook share on twitter share on google+

VILNIUS 2018

Jens Assur • Réalisateur

“La confiance est l'aspect le plus capital de toute bonne mise en scène"

par 

- Un entretien éclairant avec Jens Assur sur son premier long-métrage, Ravens, lauréat du Prix Cineuropa de Vilnius

Jens Assur  • Réalisateur

Déjà, lors de sa présentation dans la section Nouveaux réalisateurs du Festival de San Sebastian, Cineuropa avait eu le coup de foudre pour Ravens [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jens Assur
fiche film
]
. L'impression s'est confirmée au Festival Kino Pavasaris de Vilnius, où ce drame familial atmosphérique très universel de Jens Assur a remporté le Prix Cineuropa. Le réalisateur nous a parlé des aspects les plus complexes et des challenges présentés par ce premier long-métrage qui témoigne pourtant d'une grande assurance de sa part. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Comment Ravens a-t-il vu le jour ? L'histoire a-t-elle été inspirée par des faits réels ?
Jens Assur :
Après deux décennies comme reporter photo, puis comme scénariste et réalisateur de quatre courts-métrages qui ont plu à la critique, je me sentais prêt à développer mon premier long-métrage. J'ai fait des recherches et travaillé sur le développement de plusieurs idées à la fois. Je cherchais un projet qui me permette de mettre le public au défi tant par son contenu que son style visuel. Ravens s'inspire d'un livre dont j'ai ma propre interprétation, dont j'ai changé les personnages et altéré la structure, tout en restant très fidèle au thème sur le plan intellectuel.

Reine Brynolfsson et Jacob Nordström, tous les deux très convaincants dans leurs rôles respectifs, viennent de milieux très différents. Avez-vous recouru à une approche différente pour chacun de ces deux comédiens ?
Reine avait déjà tenu le rôle principal d'un de mes courts-métrages, The Last Dog in Rwanda, et l'expérience m'a montré que c'était un acteur très dévoué et talentueux – j'irais même jusqu'à dire qu'il fait partie des très grands, comme Hoffman ou Brando. Nous avons commencé à développer le personnage ensemble un an avant le tournage. Bien que l'aspect le plus exigeant du personnage d'Agne soit sa vie et son combat intérieurs, nous avons aussi consacré beaucoup d'efforts à l'apparence physique de Reine : il a suivi un régime et un entraînement très stricts. Tout ceci lui a permis de vraiment rentrer dans son personnage et de vraiment devenir Agne, un fermier qui travaille très dur.

Pour le personnage de Klas, il fallait un acteur non-professionnel, alors j'ai mis un point d'honneur à chercher dans toute la Suède rurale pour trouver un garçon crédible et authentique. Je voulais aussi qu'il soit sensible et intelligent, qu'il sache suivre les consignes de mise en scène. Jacob s'est vraiment bien acquitté de cette tâche et j'ai trouvé très agréable de travailler avec lui. Ma démarche de réalisateur consiste à être très honnête, ouvert et direct, ce qu'on ne peut obtenir qu'au moyen d'une communication très ouverte et en faisant confiance. Je pense que la confiance est l'aspect le plus capital de toute bonne mise en scène.

La ferme fait ici figure de personnage central. Le lieu a-t-il été difficile à trouver ? Que cherchiez-vous, précisément ?
Vous avez tout à fait raison. J'ai toujours décrit la ferme comme un des personnages clefs du film. Je l'ai cherchée partout en Suède. Le challenge était d'abord de trouver une petite ferme tenue comme dans les années 1970, bien préservée, encore en fonctionnement, bien tenue. Le deuxième défi était que l'endroit soit sans beauté et sans répit, qu'il soit pratique et un peu ingrat sur le plan esthétique. Enfin, je ne voulais pas d'une ferme suédoise typique mais plutôt d'une ferme dont la situation géographique ne soit pas identifiable. 

Ravens parle de la rudesse et de la cruauté de la nature. La météo a-t-elle été un problème important, pendant le tournage ?
J'adore travailler sur des lieux réels. Ils nous offrent, aux acteurs et à moi, un espace de travail authentique. De mon point de vue, les saisons, la nature et la météo ajoutent une dimension très importante à un film. C'est très gratifiant, de travailler sur des lieux réels. Après, qu'on travaille à -10 C° ou sous une pluie torrentielle, c'est tout aussi difficile, physiquement et mentalement, pour tout le monde.

Y a-t-il une question sur Ravens qu'on ne vous a pas encore posée, quelque chose que vous aimeriez dire ?
Il y a deux personnages principaux dans Ravens, Agne et Klas, mais en gros, ils sont une même personne : Agne était comme Klas quand il était jeune, et Klas va devenir Agne. C'est pour ça que le film se termine avec Klas devant la table de la cuisine, en train de rassembler ses forces avant de se mettre au travail : cela répond au début, où Agne récupère après une dure journée. Tout est circulaire, comme l'année des fermiers, qui commence au printemps et se termine un an après.

Préparez-vous un nouveau projet ? Si oui, pouvez-vous nous dire de quoi il s'agit ?
Je viens de commencer à faire un plan pour un nouveau scénario. Il s'agira d'un drame international. Il va me falloir un mois de recherches et de développement de l'histoire avant de pouvoir vous en dire plus.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi