email print share on facebook share on twitter share on google+

Philippe Lacôte • Réalisateur

"Run a été le moteur du renouvellement de l'industrie cinématographique en Côte d'Ivoire"

par 

- Cineuropa a rencontré le réalisateur franco-ivoirien Philippe Lacôte, qui vient d'obtenir l'avance sur recettes du CNC pour son 2e film, La Nuit des rois

Philippe Lacôte • Réalisateur

Run [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, le premier long métrage de Philippe Lacôte, avait fait sensation en 2014 au Festival de Cannes où il avait été présenté dans la sélection Un Certain Regard. Soutenu par l'Union Européenne, Run a permis de relancer l'industrie audiovisuelle en Côte d'Ivoire. Cineuropa a rencontré le réalisateur franco-ivoirien, qui vient d'obtenir l'avance sur recettes du CNC pour son 2e film, La Nuit des rois.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Quelle a été la genèse de votre second long métrage, La Nuit des rois?
Philippe Lacôte :
Je continue mon travail d'observation de la Côte d'Ivoire. Toute l'action se déroule dans la prison d'Abidjan, la Maka. Je cherche de décrire la société ivoirienne depuis cette micro société. Un jeune voleur de 17 ans est choisi par les autres prisonniers pour raconter une histoire pendant toute une nuit s'il veut survivre.C'est un phénomène réel. J'ai un ami d'enfance qui sortait de prison qui m'a raconté que les prisonniers choisissaient quelqu'un, qu'ils appellent le "Romain", qui est obligé de raconter des histoires toute une nuit aux autres prisonniers. Souvent je travaille comme ça: j'attends qu'on me donne une histoire.

Comment est financé le film?
Le budget du film s’élève à 2 millions d'euros environ. Il s'agit d'une coproduction entre la France et la Côte d'Ivoire. Nous avons le soutien du fond ivoirien, le FONSIC à hauteur de 300 000 euros. Le producteur français, Banshee Films, a obtenu l'avance sur recettes du CNC. Nous venons de finaliser un accord avec la société canadienne Periferia, ce qui nous rendra éligibles au fonds Eurimages. Le tournage commencera en juin 2019.

Pour le développement du film, j'ai bénéficié des ateliers d'écriture du Torino Film Lab, dans la section Script and Pitch, qui nous a amené à gagner le prix de la coproduction du festival de Turin.

Où sera tourné le film?
Les extérieurs seront tournés dans la prison, la cellule sera un décor.

Qui seront les acteurs?
Il y aura un mélange d'acteurs professionnels et non-professionnels. La frontière entre les deux catégories en Côte d'Ivoire est très mince. Il y a des gens qui vont venir du milieu de la rue, qui ont fait de la prison, mais il y a aussi des acteurs professionnels, comme Vero Tshanda Beya qui a joué dans Félicité [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alain Gomis
fiche film
]
d'Alain Gomis et qui va jouer un rôle de transgenre, et Abdele Karim Konaté, le protagoniste de Run.

Votre précédent film, Run, a été soutenu par ACPCultures+, un programme financé par la Commission européenne et mis en œuvre par le Secrétariat du Groupe des États ACP. Avec ce financement, l'idée était de booster l'industrie cinématographique de Côte d'Ivoire et développer des compétences techniques locales pouvant travailler sur des productions internationales de manière continue. Avez-vous l'impression que ce résultat a été atteint? Est-ce que vous allez travailler avec les mêmes techniciens et les mêmes équipes que vous avez utilisées pour Run?
Le résultat de développer de compétences locales a été atteint au-delà de nos espérances. Run a été le moteur du renouvellement de l'industrie cinématographique en Côte d'Ivoire. Aujourd'hui des films et des séries sont financés et des productions internationales sont tournées en Côte d'Ivoire. Il y a quatre salles de cinéma aux normes internationales qui ont été créés et un nouveau festival soutenu par le ministère de la culture. La preuve de l'impact du financement de Run sur le pays est que nous allons travailler avec les mêmes équipes locales que nous avons utilisées auparavant. Depuis Run (et grâce à Run), ces équipes ont fait trois, voire quatre films et ont acquis une grande expérience internationale. Nous allons également renouer notre partenariat avec Michel Zongo, qui nous amènera des techniciens burkinabés. Ces équipes ont travaillé sur plusieurs longs métrages et sur 5 séries depuis Run.

L'Afrique regorge d'histoires magnifiques. Grâce à la structuration de nos industries je pense que ces histoires peuvent s'imposer au niveau international.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.