email print share on facebook share on twitter share on google+

David Lambert • Réalisateur

"C’est mon film le moins autobiographique, et pourtant le plus personnel"

par 

- Rencontre avec le réalisateur et scénariste belge David Lambert, dont le troisième long métrage, Troisièmes noces, sort aujourd'hui sur les écrans belges

David Lambert • Réalisateur
(© Cinevox)

David Lambert s’est fait remarquer sur la scène internationale avec ses deux premiers longs métrages, Hors les murs [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : David Lambert
fiche film
]
et Je suis à toi [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : David Lambert
fiche film
]
, tous deux sélectionnés dans de grands festivals internationaux (la Semaine de la critique pour le premier, Karlovy Vary pour le deuxième), tous deux abordant la question de l’homosexualité à travers le prisme du couple. Avec Troisièmes noces [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : David Lambert
fiche film
]
, qui sort ce mercredi sur les écrans belges avec O’Brother, il questionne à nouveau la notion de couple à travers l’histoire d’un mariage blanc entre un homosexuel tout juste veuf et une jeune Congolaise sans papiers, avec les interprétations de Bouli Lanners et Rachel Mwanza.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Quelles sont les origines du projet ?
David Lambert :
Le film est adapté d’un livre de l’auteur flamand Tom Lanoye, que j’ai dévoré en un week-end. Le texte décrivait toute une série de situations que j’avais connues. Deux mois après je rencontrais Tom Lanoye au Festival de Gand à l’occasion de l’avant-première de Je suis à toi pour lui demander qu’il me fasse confiance, ce qu’il a fait. Bizarrement, c’est mon film le moins autobiographique, mes deux autres films puisaient plus dans mon vécu, et pourtant le plus personnel, ce qui est un drôle de sentiment.

Qu’est-ce qui réside au coeur du film selon vous ?
C’est l’histoire d’un personnage en plein deuil qui se donne une deuxième chance, un sursaut de vie. Peut-on survivre à la perte de l’amour de sa vie, et si on y survit, qu’est-ce qu’on fait avec la vie qu’on a en mains ?

Vous l’abordez pourtant sous l’angle de la comédie ?
C’est une comédie certes, mais une comédie dramatique. Tendre et dramatique. La comédie, c’est un long parcours pour moi, quelque chose de presque difficile à assumer. C’est plus difficile à faire, mais ça fait du bien au gens. Essayer de garder la complexité du propos et de construire de vrais personnages, tout en faisant rire, c’était le défi.

On a eu quelques retours étranges : c’est pas assez sérieux, pas assez "festival". Il y a une sorte d’académisme du film de festival, comme il y a un académisme de la grosse comédie française un peu vulgaire, et j’espère sincèrement qu’il y a moyen de faire quelque chose au milieu, qui trouve un public. Un film ouvert, qui fasse rire, émeuve, raconte des choses intéressantes avec une forme intéressante. Mais peut-être que j’essaie de faire des synthèses un peu complexes, de réconcilier des choses irréconciliables, comme mes personnages, c’est sans doute mon utopie !

Faire un film sur un faux couple, c’est aussi un bon moyen de parler du couple ?
Oui, l’imposture permet d’éclairer le réel, une fois qu’on y est, on se met en scène de manière fantasmée, on parle de ce dont on a vraiment envie, de nos frustrations et de nos espoirs. Troisièmes noces parle de couple, comme mes deux premiers films. Il y a une continuité thématique. J’ai l’impression d’avoir terminé un cycle avec ces trois films. C’est comme si je clôturais une trilogie sur le couple et la coexistence que je n’avais jamais commencée. Comment exister, être soi auprès de quelqu’un d’autre.

Il y a aussi un message en filigrane sur l’immigration…
Ma volonté était de créer de vrais personnages et pas des migrants caricaturaux en souffrance parce qu’ils n’ont pas de papiers. Je voulais dépasser la statistique, et créer des personnages de migrants qui ne soient pas forcément traités comme des migrants. Qui ont le droit d’être dans un vaudeville, d’avoir de l’humour, de la ruse, des moments de désespoir pas toujours liés à leurs problèmes de papiers. Au cinéma, dès qu’il y a un personnage de migrant, même avec les meilleures intentions du monde, il devient LA figure du migrant. Mais tous ces migrants ont des prénoms, des dates de naissance, des spécificités qui devraient les extraire de la caricature. Ce sont avant tout des êtres de chair et de sang, qui ont droit à de vraies fictions, qui dépassent le stigmate de leur absence de papiers.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi