email print share on facebook share on twitter share on google+

Didar Domehri • Responsable des ventes internationales

"Provoquer le bouche à oreille"

par 

- La responsable des ventes internationales de Films Distribution revient sur la stratégie de vente mise en œuvre pour Va, vis et deviens

Didar Domehri • Responsable des ventes internationales

La responsable des ventes internationales de Films Distribution fait le point sur les acquisitions dans le monde du film de Radu Mihaileanu et revient sur la stratégie de vente mise en œuvre.

Cineuropa : Comment avez-vous travaillé sur ce film très original ?
Didar Domehri : Nous avons commencé très en amont, en distribuant le scénario l’an dernier à Cannes, puis en montrant les premières images à Toronto. Le scénario a énormément plu et le buzz était là quand le film a été prêt et montré pour la première fois à Berlin. Radu Mihaileanu avait beaucoup fait parler de lui avec Train de vie, donc il était possible de procéder de cette manière, ce qui est plus difficile par exemple avec un premier long métrage d’un cinéaste inconnu. Nous avons réalisé notamment des pré-ventes sur scénario pour tout le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Espagne (Golem Distribución). D’autres adoraient le scénario, mais ils attendaient de voir des images. Cela a été crescendo avec quelques ventes sur scénario, quelques ventes en promo real et ensuite la confirmation quand le film a été montré.
Ce n’est pas un film évident car il n’y a pas de casting international: Yaël Abecassis est très connue en Israël et un peu à l’étranger, grâce à Kadosh d’Amos Gitaï, Roschdy Zem ne l’est pas tant que cela sur le plan international. Et surtout le personnage principal est un petit garçon noir sur un sujet qui également un peu particulier comme celui des Juifs Falashas en Israël. Un sujet original mais aussi un peu casse-cou pour attirer les gens dans les salles. Travailler le film en amont pendant longtemps comme nous l’avons fait a permis que le jour des projections, les salles soient pleines et qu’il y ait une attente véritable. Car à Berlin, il y avait un grand nombre de films en compétition officielle et Va, vis et deviens n’était pas en compétition, faisant l’ouverture du Panorama. Evidemment, les acheteurs doivent d’abord voir tous les films en compétition, donc les concurrents étaient nombreux. Mais comme nous avions déjà un très bon buzz, les acheteurs importants étaient là et savaient que c'était un film à ne pas rater.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Quelles sont les performances réalisées pour l’instant par Va, vis et deviens en termes de ventes internationales ?
Nous avons vendu le film sur près de 25 territoires, notamment la Grande-Bretagne et l’Irlande avec Content, l’Allemagne (Telepool avec Delphi pour la distribution en salles) et la Scandinavie avec les Finlandais de F.I.P. Future Film. Il a également été acquis pour la Suisse, la Hongrie (Budapest Film), la Roumanie (Independent), l’Autriche, la Turquie (Bir Film) et l’Italie (Medusa Film). Et Prooptiki a acheté les droits pour la Grèce, Chypre, la Bulgarie et l’ex-Yougoslavie. Pour l’Amérique du sud, c‘est Art Films qui l’a acquis pour le Brésil et TC Video Distribution Company pour l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et le Chili. De son côté, Ciné&TV&Video l’a pris pour le Mexique et l’Amérique Centrale. Enfin, pour les Etats-Unis, les négociations sont toujours en cours.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi