email print share on facebook share on twitter share on google+

Jean Labadie • Coproducteur/Distributeur

"Nanni Moretti, un immense cinéaste "

par 

- Le coproducteur et distributeur en France du film s'explique sur les raisons de son engagement auprès d'un cinéaste qu'il considère comme l'un des plus grands

Jean Labadie • Coproducteur/Distributeur

Cineuropa : Qu’est-ce qui a motivé votre décision de coproduire Le Caïman [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jean Labadie
interview : Nanni Moretti
fiche film
]
de Nanni Moretti?

Jean Labadie : Je suis distributeur et coproducteur de Nanni Moretti depuis plusieurs films car c’est un des plus grands metteurs en scène du monde. Le Caïman a représenté un investissement extrêmement important pour Bac Films (20% du total) car Nanni ne pouvait pas et ne voulait pas être coproduit par une chaîne de télévision italienne. La France est un partenaire conséquent du film (30%), sans oublier Vincent Marava l avec Wild Bunch qui a participé de manière très importante pour que le film se fasse dans de bonnes conditions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Quel votre point de vue sur le film?
Le Caïman est d’une intelligence remarquable en termes de cinéma politique car il arrive à parler de manière drôle et inventive de Berlusconi, tout en trouvant le moyen d’en faire un film universel. Au-delà de Berlusconi, il y a une critique générale des problèmes de la plupart des démocraties, de beaucoup de dirigeants actuels de pays d’Europe qui ont échappé à la justice malgré des agissements assez graves. Le film aborde de nombreux sujets : il parle de l’humain à travers le personnage principal du producteur de cinéma qui est au milieu d’un divorce, mais aussi du cinéma car il s’agit quand même d’un producteur qui s’empare d’un sujet difficile à monter. Et il parle de politique puisque le sujet du film qu’il essaye de monter est le Président du conseil italien.

La proximité du Caïman avec l’actualité politique vous a t-elle inquiété en tant qu’investisseur ?
Je pense avoir pris beaucoup plus de risques en suivant Nanni sur La chambre du fils [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
car on partait sur un sujet dit maudit (la mort d’un enfant). Et on a vu avec quelle délicatesse et quel talent il a réussi à porter cela et à en faire un succès et un film génial. Auparavant, nous avions fait avec lui un film avec trois épisodes et tout le monde prédisait une catastrophe. Résultat ? Il a fait Journal intime. Nanni est immense cinéaste et il le prouve encore avec Le Caïman. Il faut souligner son courage car ce n’était pas du tout évident d’avoir le culot de raconter cette histoire, de l’avoir montée pendant un an et demi, de se priver des rapports économiques (et Nanni est quand même un producteur et un distributeur) avec un des hommes les plus puissants de la télévision et des médias en général en Italie. Ce n’était pas simple. Tout cela m’a d’autant plus séduit qu’il y a en plus une énorme réflexion sur ce que veut dire se destiner à la politique, comment on peut en faire, qu’est-ce qu’on peut raconter.... C’est un film d’une richesse inouïe.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi