email print share on facebook share on twitter share on google+

Hans-Christian Schmid • Producteur

"J'ai un contrôle total sur mes films"

par 

- Avec se société de production, 23/5, Hans-Christian Schmid a produit lui-même son film

Hans-Christian Schmid •  Producteur

Hans-Christian Schmid a fondé la société de production 23/5 en 2004, et c'est par son biais qu'il a produit, l'année suivante, son film Requiem [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Hans-Christian Schmid
interview : Hans-Christian Schmid
interview : Sandra Hueller
fiche film
]
. Il s'occupe actuellement de la production de Am Ende kommen Touristen, du jeune cinéaste Robert Thalheim, qui s'est fait connaître avec Netto [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, comédie sociale sur la réunification des deux Allemagnes. Cineuropa: Pourquoi avez-vous décidé de jouer le double rôle de producteur et d'auteur, avec tous les soucis que cela comporte ?
Hans-Christian Schmid: Cela faisait longtemps que je souhaitais être producteur et Requiem m'en a donné l'opportunité. Je n'ai pas rencontré beaucoup de problèmes, parce que j'ai eu autour de moi des personnes de confiance qui m'ont aidé à ne plus penser à l'aspect économique des choses à compter de deux semaines avant le tournage, pour pouvoir me concentrer sur le travail de réalisation. Naturellement, étant producteur, j'ai eu beaucoup plus de contrôle sur mon film, ce qui est important, d'autant plus que j'ai à l'avenir l'intention de travailler avec d'autres cinéastes dont j'admire le travail.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

En effet, vous êtes actuellement en train de produire le nouveau film de Robert Thalheim...
Oui, Robert est venu nous trouver, à la 23/5, avec son nouveau projet, Am Ende kommen Touristen (après Netto), et nous avons décidé de nous en occuper. Ce film parle de sa propre expérience, pendant le service militaire : il jouait les guides pour les visiteurs du camp d'extermination d'Auschwitz.

Combien Requiem at-il coûté ? Vous a-t-il été difficile de trouver des financements ?
Le budget de Requiem s'est monté à 1,9 millions d'euros. Nous avons obtenu des financements de SWR, ARTE, WDR et BR. Nous n'avons pas eu de difficultés particulières, mais j'aimerais bien être totalement indépendant et ne pas avoir besoin d'argent de l'État. Ca me fait peine de penser que beaucoup de chômeurs auraient bien besoin de cet argent pour survivre.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi