email print share on facebook share on twitter share on google+

Oleg Mutu • Producteur

Producteur et directeur de la photographie

par 

- Avec leur société de production Mobra Films, Cristian Mungiu et son directeur de la photographie, Oleg Mutu, ont produit le film qui devait remporter la Palme d'Or à Cannes cette année

Oleg Mutu • Producteur

Cineuropa : Pouvez-vous nous raconter la fondation de Mobra Films ? Nombre de réalisateurs roumains choisissent, semble-t-il, de monter leurs propres maisons de production – quels en sont les avantages et les inconvénients ?
Oleg Mutu : Je n'aurais jamais imaginé devenir producteur, ou directeur de la photographie. J'ai commencé comme caméraman pour la télévision puis j'ai étudié le cinéma et, petit à petit, je me suis mis à faire des films. Avec Cristian Mungiu et Hanno Höfer, nous avons fondé Mobra Film pour produire nos films nous-mêmes parce que nous étions mécontents de nos collaborations avec d'autres maisons de production pour nos précédents films. D'un côté, c'est plus facile de faire un film en étant des deux côtés, du côté de la création et du côté de la production, en même temps : le lien entre les deux est ainsi bien plus fort et le travail se passe mieux. D'un autre côté, il faut beaucoup d'énergie pour affronter tous les aspects de la production.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Comment s'est passé votre travail sur 4 mois, 3 semaines et 2 jours [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Cristian Mungiu
interview : Oleg Mutu
fiche film
]
en tant que producteur, surtout dans un pays si petit et des délais si brefs ?

Ce fut un travail très exigeant, dans la mesure où en même temps que je m'occupais de la photographie pendant le tournage, je gérais aussi les questions de production (qui ne sont pas toujours simples). C'était une gageure que d'accomplir ces deux tâches en même temps. Tout s'est passé très vite ; nous avons eu des moments difficiles, nous nous sommes démenés, mais le résultat final est une récompense exceptionnelle. La Roumanie n'est pas un petit pays, mais on y trouve en effet peu d'opportuunités de faire des films. Ceci dit, la nouvelle génération, dont nous faisons partie, est en train de prouver que les idées, le talent et la passion pour ce travailler peuvent tout changer.

Comment décririez-vous votre relation avec Cristian Mungiu?
Cristian et moi avons fait nos études en même temps, nous étions camarades et avons continué de travailler ensemble après l'université sur des courts métrages et des publicités. Nous sommes très amis. C'est la même chose avec Hanno ; depuis qu'on s'est rencontrés, on a accompli des tas de choses ensemble.

Y-a-t'il un lien entre votre travail à la caméra sur La mort de Monsieur Lazarescu [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et 4 mois, 3 semaines et 2 jours ? Pensez-vous avoir un style particulier ou envisagez-vous chaque projet en partant de zéro ?

Le style visuel de chaque projet dépend du scénario et du réalisateur, et je le définis avant le tournage. D'autres idées me viennent en cours de route, alors je n'applique pas un programme pré-établi.

Que voudriez-vous produire et filmer à l'avenir ? Aspirez-vous à réaliser un jour votre propre film ?
J'adorerais produire un film dans mon pays, la Moldavie, voire le filmer mais je n'ai pas l'intention de réaliser. Pour le moment, je rêve de me détendre et passer des vacances tranquilles ! De nouveaux projets se présenteront bientôt.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi