email print share on facebook share on twitter share on google+

Illégal

par 

- Plongée émouvante dans le combat d'une immigrée arrêtée après plusieurs années d'existence clandestine en Belgique. Un film fort et très maîtrisé finaliste du Prix LUX 2010 du Parlement européen

Illégal

La Quinzaine de réalisateurs cannoise 2010 a dévoilé le deuxième long métrage du réalisateur belge Olivier Masset-Depasse : Illégal [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Olivier Masset-Depasse
fiche film
]
. Tania, une immigrée clandestine russe, est installée en Belgique depuis 8 ans avec son fils de 13 ans Ivan. Discrètement intégrés, ils vivent dans la peur constante d’une interpellation, inévitable. Dès cet instant, la caméra s’accroche au corps de Tania, et la suit dans un centre de rétention fermé. Elle n’a qu’une obsession, protéger son fils de l'expulsion, et cet angle de vue permet à Olivier Masset-Depasse de contourner les écueils du genre. Pas question ici de livrer une étude sociologique des centres de rétention, sans pour autant en occulter les réalités. Au fil des rencontres de Tania, on découvre les "habitants" du centre, les autres réfugiés, mais aussi les policiers, les gardiennes, tous plongés dans une situation inhumaine, aux frontières du communicable.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’équation est fragile quand l’émotion semble facile : filmer la détresse de Tania, sa terreur face à la soudaineté et la violence de l'expulsion qui la menacent et s’abattent sur sa codétenue malienne, les enfants emprisonnés dans le centre, l’agonie du téléphone… La situation fait écho aux trop nombreux faits divers qui ont récemment endeuillé l’actualité, et l’inéluctable finit par arriver, Tania devient à son tour un fait divers. Fort d’une maîtrise formelle largement démontrée dans son premier long métrage, Cages [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(parfois au détriment de ses personnages), Masset-Depasse s’efface ici derrière un récit lourd mais jamais pesant, offrant à un sujet d’actualité un reflet narratif et universel, entre incompréhension et révolte.

Versus (nouveau routard de la Quinzaine des réalisateurs, où la société avait déjà présenté Eldorado [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
et Elève Libre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jacques-Henri Bronckart
interview : Joachim Lafosse
fiche film
]
en 2008) est à la production, avec Iris (Luxembourg), Dharamsala (France) et Prime Time (Flandres). Vendu par Films Distribution, Illégal sera distribué le 13 octobre 2010 par Haut et Court en France et par O’Brother en Belgique.

Illégal est un des trois finalistes du Prix LUX 2010

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.