email print share on facebook share on twitter share on google+

INSTITUTIONS Belgique

La Belgique francophone à Cannes : opération séduction

par 

Si la réputation du cinéma belge francophone à l’international n’est plus à faire, la reconnaissance de ce cinéma sur ses propres terres est un chantier prioritaire pour les institutions qui le soutiennent. Vendredi dernier, les professionnels francophones de l’audiovisuel belge invitaient la presse pour se féliciter de la belle présence du cinéma belge francophone à Cannes. Comme le soulignait Frédéric Delcor, directeur du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel, la présence de 4 productions majoritaires, de 2 coproductions minoritaires et d’un court métrage dans les différentes sélections cannoises est loin d’être anodine quand on se souvient que la communauté française de Belgique ne compte que quatre millions de personnes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le caractère à la fois exceptionnel et renouvelé d’année en année de cette présence cannoise souligne la conjonction de deux éléments cruciaux : un vivier de talents remarquable, bien sûr, mais aussi une politique de soutien des pouvoirs publics qui, malgré les restrictions budgétaires, assure aux artistes les conditions financières nécessaires à la création, point largement souligné par Jean-Pierre et Luc Dardenne, qui prenaient part à cette conférence. Tous deux ont insisté sur le rôle crucial du soutien apporté par la Commission de Sélection du Film. Malgré la mise en place d’incitants financiers ces dernières années comme le Tax Shelter ou les fonds régionaux, rien ne peut selon eux remplacer l’aide de la Commission, seule en Belgique francophone à se baser sur des critères qualitatifs et esthétiques.

Patrick Quinet, président de l’Union des Producteurs de Films Francophones et membre de l’Académie André Delvaux, a également pris la parole pour revenir sur l’opération séduction entamée lors de la mise en place des Magritte du cinéma. Suite à la 1ère édition, une étude qualitative et quantitative sur la notoriété de la cérémonie a été commandée. Non seulement les Magritte ont un taux de notoriété de 77%, ce qui représente un excellent résultat, mais surtout, dans leur foulée, le taux d’opinions favorables du public belge francophone envers son cinéma est passé de 58% à 75%. Mission accomplie donc pour l’objectif d’accroissement de notoriété du cinéma national. La 2ème édition étant d’ores et déjà confirmée, l’Académie souhaite profiter du Festival de Cannes pour construire la reconnaissance internationale des Prix, petits frères des célèbres César et autres Oscar.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.