email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Slovénie

Trois jeunes au bord de l'âge adulte dans A Trip

par 

Trois jeunes au bord de l'âge adulte dans A Trip

La belle découverte dont peut se vanter le Festival de Sarajevo cette année est A Trip [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jure Henigman
interview : Nejc Gazvoda
fiche film
]
de Nejc Gazvoda, un road movie à petit budget qui avec seulement trois personnages et un décor simple nous raconte une histoire poignante sur la jeunesse, l'amitié, l'amour, l'arrivée à l'âge adulte et même la politique, en tant que le film rend compte de l'esprit des temps actuels en Slovénie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sept ans après le lycée, trois meilleurs amis se retrouvent pour reparcourir, littéralement, leur passé commun tout en sillonnant la Slovénie. Le film commence par un plan filmé caméra à l'épaule qui montre Gregor (Jure Henigman) en train de faire voler un cerf-volant sur le bord de la route, où Živa (Nina Rakovec) et Andrej (Luka Cimprič) doivent passer le prendre. Gregor, un vrai dur, a été suspendu des forces armées en Afghanistan pour avoir dépassé les bornes ; la jolie et enjouée Živa s'apprête à poursuivre ses études à l'étranger (quoiqu'elle reste assez mystérieuse sur la question) ; Andrej, homosexuel, bien en chair et joyeux, et trop intelligent pour respecter tant l'université que l'idée d'avoir un travail régulier, ne fait pas grand chose de sa vie.

Le récit repose sur des dialogues ingénieusement composés tandis que des secrets passés (et présents) se font progressivement jour et se mettent à remplir ce qui aurait sans cela semblé un banal périple entre trois jeunes sur le point de devenir adultes. Gazvoda, qui n'a lui-même que 26 ans, nous livre sur ces trois personnages une véritable étude, sans jamais glisser dans les stéréotypes faciles.

Les trois compagnons se complètent et l'idée qu'ils aient pu être meilleurs amis au lycée est parfaitement plausible, de même que l'attirance qui a perduré entre Gregor et Živa. Leur difficile (sans doute réticent) passage d'un âge à l'autre est également convaincant et présenté sans lourdeur : Gregor finit par accepter la réalité de l'âge adulte et "faire son boulot en Afghanistan", bien qu'il demeure moins sûr de lui qu'il ne le dit ; Andrej comprend qu'il doit se conformer aux attentes de la société et de ses proches mais il reste cynique ; Živa, quant à elle, a bien mieux à faire que de devenir adulte, découvre-t-on.

Le grand atout du film est ses trois interprètes : Rakovec dépeint toute une gamme d'émotions, oscillant entre force et fragilité ; Heningman joue son personnage de dur au coeur tendre avec une grande sobriété ; Cimprič donne vie à l'ensemble avec son flot de blagues audacieuses et de sarcasmes – jusqu'à la scène critique où il abandonne sa carapace et déverse un torrent d'émotions.

Gazvoda utilise superbement les décors dans lesquels il a tourné et la caméra Canon 7D evo PL54 (maniée par Marko Brdar, le directeur de la photographie de Dad de Vlado Škafar), car il ne faut pas oublier que le gros de l'action se passe dans une voiture. Il se sert de cet espace restreint à son avantage sans oublier de montrer la beauté naturelle de la Slovénie pour ouvrir le film à certains moments importants. La musique électronique, composée par le duo New Wave Syria, épouse parfaitement le montage inventif de Gazvoda et Janez Lapajne.

A Trip, produit pour seulement 180 000 € par la société Perfo, basée à Ljubljana, est un film très frais qu'auront bientôt la chance de découvrir Hambourg, Varsovie, Montpellier, Zagreb et Goa.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.