email print share on facebook share on twitter share on google+

SAN SEBASTIÁN 2012

The Dead and the Living : mon grand-père était un nazi

par 

- L'Autrichienne Barbara Albert a présenté son nouveau long métrage en compétition à San Sebastián

The Dead and the Living : mon grand-père était un nazi

L'Autrichienne Barbara Albert, pourtant une habituée des grands festivals en tant que réalisatrice et productrice (à travers la société qu'elle co-dirige, coop99), est cette année pour la première fois en compétition au Festival de San Sebastián. Son film, The Dead and the Living [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Barbara Albert
fiche film
]
, traverse la carte de l'Europe et retrouve les fantômes les plus terribles de son passé.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film raconte en effet le voyage de Sita, une jeune Autrichienne de 25 ans qui cherche sa place dans la société et explore le passé (en particulier la Deuxième Guerre mondiale) ainsi que l'abîme où est plongée la société européenne actuelle pour dissiper les doutes nés des secrets et des demi-vérités à l'intérieur de sa famille. De Berlin à Vienne, puis à Varsovie et en Roumanie, on retrouve en elle la peine de la perte, la culpabilité, le poids de l'héritage et la nécessité de découvrir sa propre identité.

Le scénario, en partie autobiographique (la grand-père d'Albert était un SS), a été écrit par la réalisatrice. The Dead and the Living évoque ce thème récurrent au cinéma qu'est l'acceptation par l'individu d'héritages familiaux et politiques difficiles, répondant à deux objectifs distincts : d'une part, s'adresser à un public jeune, d'autre part, inviter les jeunes à dialoguer avec leurs anciens. "Pour les petits-enfants, c'est plus facile que pour les enfants, parce qu'il y a une certaine distance", a expliqué Albert en conférence de presse.

En dépit de ses qualités formelles et esthétiques, manifestes dans l'usage de la musique, le montage et la photographie, le film pèche par timidité et par l'assemblage compliqué qu'il propose de tous ses éléments. En l'absence d'un point de vue vraiment original par rapport à un thème que le public connaît déjà, le film ne parvient pas à émouvoir et surprendre.

The Dead and the Living a été produit par Barbara Albert, Bruno Wagner et Alex Stern pour la maison viennoise Coop99 Filmproduktion et la société munichoise Komplizen Film. Les ventes internationales du film sont assurées en France par Films Distribution.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.