email print share on facebook share on twitter share on google+

Salvo

par 

- Les novices italiens Fabio Grassadonia et Antonio Piazza ont étonné la Semaine de la critique avec un film noir passionnant et d'excellente facture.

Salvo

C'est un film noir passionnant d'excellente facture qui a ouvert la Semaine de la Critique du Festival de Cannes. Salvo [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Fabio Grassadonia et Anton…
festival scope
fiche film
]
, premier long métrage de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza, se passe dans la Sicile d'aujourd'hui. Il est interprété par le talentueux acteur palestien Saleh Bakri, (Le Temps qui reste [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 d'Elia Suleiman) et la débutante Sara Serraiocco, le premier dans le rôle d'un féroce tueur de la mafia, la seconde dans celui de la soeur aveugle d'un criminel rival qu'il a dû assassiner.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans ce contexte impitoyablement réaliste survient cependant un miracle : la jeune fille retrouve soudain la vue et cet événement crée entre les deux personnages un lien indéfectible.

Le début du film s'apparente au film d'action, mais le récit prend ensuite la forme d'un thriller avant de voyager dans d'autres genres : en 108 minutes, il passe même par le western et d'autres références qui ne sont pas uniquement italiennes. L'élégance formelle du film est saisissante, en particulier grâce à la photographie de Daniele Ciprì et au courage de certains choix de mise en scène peu communs pour un film sur la mafia. La longue scène sans paroles où le tueur s'introduit dans la maison de l'homme qu'il doit assassiner et où se déplace avec aise la jeune fille aveugle est présentée subjectivement, à travers d'amples plans séquences tournés à la steadicam qui ne manquent pas de captiver le spectateur.

Le reste du film, sciemment détaché de ce début, se passe dans le lieu où le tueur emmène la jeune fille, devenue sa prisonnière pour avoir été témoin du crime. Là, un rapport très tendu se développe entre les deux jeunes gens que le duo de réalisateurs dépeignent fort habilement. Salvo est un film plein d'un certain réalisme sicilien mais aussi un titre visionnaire qui laisse plus de place aux sons (travaillés par Guillaume Sciama et Emmanuel Di Giunta) qu'aux paroles et donne beaucoup d'importance aux détails (grâce aussi aux décors de Marco Dentici).

Ce film, encore en attente d'un distributeur italien, a remporté en 2008 la mention spéciale du Prix Franco Solinas grâce au scénario composé lui aussi à quatre mains par Grassadonia et Piazza. La troupe du film est complétée par Luigi Lo Cascio, Giuditta Perriera, Mario Pupella, Redouane Behache et Jacopo Menicagli. Salvo a été produit par Acaba Produzioni et Cristaldi Pictures en coproduction avec Mact ProductionsCité Films et Arte France Cinema, avec la participation de Cofinova 9 et en association avec Mimis et Mangusta Productions. Il a en outre reçu le soutien du Ministère de la Culture italien, de la Commission du film de la Région Sicile, du Torino Film Lab, d'Eurimages et de Media via ses aides au développement. Ses ventes internationales sont gérées par Film Distribution.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.