email print share on facebook share on twitter share on google+

INDUSTRIE Italie

Damilano, Commission du film de Turin : "Il faut investir dans le cinéma"

par 

- Rencontre du président de la commission avec les entrepreneurs : investir dans un film leur donne accès à un crédit d'impôts de 40%, et il est possible d'en gagner jusqu'à 16% en seulement 6 mois

Damilano, Commission du film de Turin : "Il faut investir dans le cinéma"
L'actrice française Bérénice Bejo

Paolo Damilano, qui préside depuis deux ans la Commission du film Turin Piémont, a rencontré hier les entrepreneurs de la région pour souligner que "le moment n'a jamais été meilleur pour investir dans le cinéma". Cette dernière année, la commission a atteint 4 millions d'investissements, répartis entre cinq films qui ont entraîné la participation de 8 entreprises et suscité 3,5 millions de retour sur le Piémont. Ces dernières semaines, Turin a accueilli Marco Bellocchio, qui réalise Fai bei sogni, tiré du best-seller autobiographique de Massimo Gramellini, avec Valerio Mastandrea dans le rôle du journaliste aux côtés de Bérénice Bejo, l'actrice du film oscarisé The Artist [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michel Hazanavicius
fiche film
]
. Le film a été produit par IBC MovieKavacRai Cinema et Ad Vitam avec la contribution du Ministère de la Culture, de la Commission Turin Piémont et du Fip. Le budget du film se monte à cinq millions d'euros, et les retombées sur le Piémont sont estimées à trois millions.  

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Digital Production Challenge - DPC II 1 Internal

Damilano a expliqué qu'en investissant dans un projet cinématographique, on peut bénéficier d'un crédit d'impôts de 40% de la valeur de l'investissement, qui permet de compenser les dettes fiscales après deux mois à l'affiche (sur l'IRPEF, l'IRES, l'IRAP, la TVA et autres taxes et assurances) et de récupérer les 60% restants plus une parties des revenus, les entreprises étant placés dans une situations privilégiée pour le retour sur investissement. C'est "un beau commerce", pour le président de la commission, qui a ajouté : "Comme c'est arrivé à plusieurs investisseurs, on peut aussi gagner 16% en 6 mois seulement", en consultant le FIP, le fonds revolving de la commission.

De nombreuses entreprises trouvent étrange d'associer leur label à un film. "Ceux qui investisssent dans le cinéma disposent ensuite de nombreuses activités de communication, de la présence du logo au générique à la possibilité d'organiser des avant-premières réservées à leurx clients, des visites sur les place et des dîners avec les acteurs, ou même d'accompagner les films à des festivals".

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.