email print share on facebook share on twitter share on google+

FESTIVALS France

La Corse aime le cinéma espagnol

par 

- Ajaccio propose une sélection de titres espagnols et sud-américains de cette excellente année 2016 pour la 20e édition de son Festival du cinéma espagnol et latino-américain

La Corse aime le cinéma espagnol
Julieta de Pedro Almodóvar

Du vendredi 10 au samedi 18 février, l’île de beauté aura un accent espagnol: Ajaccio, la ville de Napoléon, va recevoir son 20e Festival du cinéma espagnol et latino-américain, où seront projetés des films d’auteurs, des premiers films et des longs métrages destinés aux femmes. Le Festival entend satisfaire le public fidèle qui, depuis 20 ans, assiste aux projections, tout en mettant l’accent sur la jeunesse en compétition.

"C’est un public plutôt disparate: il ne reste plus aucun cinéma dans le centre-ville, juste des complexes situés en dehors de la ville. Les gens viennent ici pour voir un cinéma différent de celui proposé dans les salles commerciales", nous confie Marie-Claire Lucena, la présidente de l’association Latinità, quiorganise la compétition. "L’association se compose de volontaires mus par leur amour de la culture hispanique. Pendant 9 jours, nous tentons de créer une ambiance chaleureuse et festive autour du cinéma en espagnol", poursuit cette enseignante en espagnol, fille de réfugiés politiques arrivés en Corse en 1939.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le festival proposera cette année une sélection éclectique qui comprend notamment Julieta [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Pedro Almodovar
fiche film
]
de Pedro Almodovar (en présence de Jean-Claude Larrieu, directeur de production), La noche que mi madre mató a mi padre [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d’Inès París, la présidente de l’association des femmes cinéastes et de la presse audiovisuelle (CIMA), également présente en Corse pour quelques jours, et El pastor [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jonathan Cenzual
fiche film
]
, le western de Jonathan Cenzual Burley que l’on a pu découvrir au Festival international du film de Gijón et au Festival du Raindance.

Le programme réunit aussi des coproductions entre l’Europe et l’Amérique latine, comme Neruda [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Pablo Larraín (Chili/Espagne/France/Argentine) ou Citoyen d’honneur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du duo Gaston Duprat-Mariano Cohn (Argentine/Espagne), deux bijoux applaudis sur les deux continents.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.