email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS France

Corporate : "Vous voulez avoir un mort sur la conscience ?"

par 

- Porté par une excellente Céline Sallette, le premier long de Nicolas Silhol dépeint de façon clinique les dérives meurtrières du "lean management"

Corporate : "Vous voulez avoir un mort sur la conscience ?"
Céline Sallette dans Corporate

"Vous ne comprenez pas ? On veut se débarrasser de vous. On ne veut plus de vous. On ne vous proposera rien d'autre. Alors, démissionnez !" Quand Emilie Tesson-Hansen, gestionnaire de ressources humaines du département financier au siège du groupe Esen perd son sang-froid dans une petite rue où un salarié en souffrance la relance ("je n'ai pas le profil ? Pourquoi vous vous acharnez sur moi ? Qu'est-ce que je vous ai fait ?"), elle ne sait pas que c'est tout son univers professionnel et sa perception d'elle-même qui vont basculer. Car l'homme se défenestre le jour même sur son lieu de travail. Tel est le point de départ de Corporate [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Nicolas Silhol
fiche film
]
, le premier long métrage de Nicolas Silhol que Diaphana distribue aujourd'hui dans les salles françaises, un film qui décrypte très rigoureusement l'envers cynique du miroir du "lean management" (système d'organisation du travail visant à éliminer les gaspillages qui réduisent l'efficacité ou la performance d'une entreprise) régnant encore malheureusement dans de nombreuses multinationales de l'économie mondialisée.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Digital Production Challenge - DPC II 1 Internal

S'immergeant dans l'univers aseptisé des bureaux, des réunions, des entretiens et du langage officiel de la grande entreprise, un espace assez difficile à traiter cinématographiquement et rarement abordé par des films français (on se souvient néanmoins de Violence des échanges en milieu tempéré [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
en 2004), Corporate s'empare habilement (sur un scénario écrit par le réalisateur avec Nicolas Fleureau) de son sujet à travers la question de la responsabilité des "petites mains" dévouées chargées d'orchestrer le "management par la terreur". Une problématique d'éthique personnelle incarnée par la gestionnaire de ressources humaines Emilie Tesson-Hansen (l'excellente Céline Sallette), une professionnelle sans aucun état d'âme jusqu'au drame auquel aboutit la stratégie interne secrète du groupe, le plan Ambition 2016 : utiliser les évaluations comportementales pour cibler "les éléments récalcitrants, ceux qui résistent au changement" et comme il n'est pas question de les licencier, d'abord les inciter à la mobilité ("comme si on demandait à un salarié de se mettre lui même au placard") avant de passer à phase de "la guerre des tranchées" ("vous voulez bouger, on a rien pour vous et vous en tirez les conséquences"). 

Mais quand la réalité des résultats se mesure à l'aune d'un cadavre visible aux yeux de tous, les petits soldats du système doutent et leurs convictions vacillent. Décortiquant avec acuité et minutie cette embardée psychologique d'une femme écartelée entre ses ambitions personnelles, son gros salaire et son esprit "corporate" (et sa fidélité enchaînée à son chef et protecteur interprété par Lambert Wilson), la peur d'être le bouc émissaire de méthodes de management brutales et masquées qui n'hésiteraient pas à se retourner contre elle, et la prise de conscience de sa complicité morale dans un vaste programme sournoisement destructeur, le film dresse un état des lieux clinique d'un système. Et il le réussit très efficacement, restituant à hauteur humaine un climat de lourde tension feutrée et distillant peu à peu les éléments de compréhension de l'impitoyable tableau général (mensonge de la communication, incitation à la destruction de preuves, menaces larvées, promesses de promotion en échange du silence, etc.) à travers l'enquête menée dans l'entreprise par une inspectrice du travail (Violaine Fumeau), au coeur d'une pyramide déshumanisée contre laquelle il est très ardu de se rebeller de l'intérieur, puisque l'on doit d'abord se remettre soi-même en cause.

Produit par Kazak Productions, Corporate est vendu à l'international par Indie Sales.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.