email print share on facebook share on twitter share on google+

PRODUCTION Espagne

Karra Elejalde bientôt dans La higuera de los bastardos

par 

- Dans ce 2e film d’Ana Murugarren, en cours de post-production, l’acteur basque aux multiples talents incarne un soldat de la Phalange, puis un homme influent

Karra Elejalde bientôt dans La higuera de los bastardos
Karra Elejalde dans La higuera de los bastardos

Karra Elejalde enchaîne les rôles : de moine dans Que baje Dios y lo vea (lire l’article), puis producteur de cinéma dans Operación Concha (lire l’article), le voilà soldat, d’abord cruel, ensuite mystique, dans La higuera de los bastardos [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le deuxième long-métrage d’Ana Murugarren, tourné l’été dernier avec une troupe comprenant également Carlos Areces,de Jordi Sanchez et Ramón Barea.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après avoir été monteuse (pour Enrique Urbizu, notamment sur Todo por la pasta et Tu novia está loca notamment), la réalisatrice navarraise a fait ses débuts en 2014 avec Tres mentiras, un drame interprété par Nora Navas et Mikel Losada, Selon Murugarren, ʺc’est une grande joie pour un réalisateur d’avoir une bonne histoire et une troupe extraordinaire. Pour La higuera de los bastardos, j’ai eu la chance d’avoir les deux : un excellent roman signé Ramillo Pinilla, à la fois dur et délirant, et des acteurs exceptionnels, en particulier un Karra Elejalde stupéfiant, qui a trouvé dans le personnage de Rogelio l’occasion de nous offrir une interprétation sublime comme on n’en voit que de temps en temps au cinémaʺ.

Le scénario, composé par la réalisatrice, présente Rogelio, un soldat complètement indifférent à la mort. L’action se déroule pendant la Guerre civile espagnole, bien que dans un lieu où la guerre n’a jamais éclaté (et ne le fera probablement jamais), un lieu où se côtoient vainqueurs et vaincus, et où les ennemis sont éliminés sans merci. Dans ce contexte sombre, le regard acéré de Gabino, un petit garçon âgé de 10 ans, fait naître une peur obsessionnelle irrépressible chez Rogelio. Le drame tourne alors à la comédie noire, à une triste époque d’après-guerre où franquisme, religion, magie et mémoire historique deviennent très vite une histoire qui parle à tout le monde.

La higuera de los bastardos est produit par Blogmedia, The Fig Tree et AIE, avec le soutien de l’ICAA, des gouvernements basque et navarrais et de l’ETB. Le film sortira à la fin de l’année.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.