email print share on facebook share on twitter share on google+

TRANSYLVANIE 2017 Compétition

Seule la Terre : tomber amoureux, ce n’est jamais facile

par 

- Dans son premier long métrage, le réalisateur britannique Francis Lee nous emmène dans une ferme du Yorkshire pour nous raconter les débuts d’une relation amoureuse qui ne manque pas de complications

Seule la Terre : tomber amoureux, ce n’est jamais facile
Alec Secareanu et Josh O'Connor dans Seule la Terre

Habituellement, les films relatant une relation homosexuelle sont qualifiés de films gay. Néanmoins, cette étiquette est souvent fausse. En effet, l’orientation sexuelle d’un ou plusieurs des personnages ne devrait pas éclipser les autres thèmes abordés. Seule la Terre [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Francis Lee
fiche film
]
(God's Own Country) illustre d’ailleurs cette affirmation à merveille. Le film du réalisateur britannique Francis Lee, projeté au Festival international du film de Transylvanie, raconte l’histoire de Johnny (Josh O'Connor), un jeune homme qui consacre tous ses efforts à l’exploitation de la ferme de son père. Pour sortir de sa routine, Johnny boit au bar de son village et s'adonne à des relations sexuelles occasionnelles avec d’autres hommes. Toutefois, le problème n’est pas que Johnny est attiré par les hommes, mais plutôt qu’il n’arrive pas à s’attacher à ces hommes. Mais l’arrivée de Gheorghe (Alec Secareanu) va changer la donne. Lorsque ce migrant roumain arrive à la ferme afin de donner un coup de main, les deux jeunes hommes ne tardent pas à être attirés l’un par l’autre. Petit à petit, le public assiste à l’évolution de Johnny : ce garçon solitaire et introverti cesse de refouler ses sentiments. Le cours de sa vie va ainsi changer, lentement, mais sûrement. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le travail du réalisateur est admirable. Grâce à sa scrupuleuse attention aux détails, son film frôle l’excellence. Sa caméra ne se sépare pas des corps et des visages des acteurs, elle observe le paysage spectaculaire, comme si elle souhaitait se l’approprier. Ainsi, elle nous fait voyager à travers l’amour naissant, un processus aussi magnifique que complexe.

Mais ce n’est pas tout, le film aborde d’autres thèmes, tels que l’hostilité à laquelle les migrants en quête d’un avenir meilleur font face. Sans trop en faire, Francis Lee nous fait ressentir la douleur de Gheorghe, qui doit rester indifférent face aux insultes et aux humiliations qu’il subit par le simple fait d’être né ailleurs. Il traite également des relations père-enfant à travers Johnny, incapable de montrer son amour à son père autrement qu’en se démenant pour entretenir la ferme à laquelle ce dernier a consacré toute sa vie.

Seule la Terre est un film magnifique, qui utilise tous les moyens à sa disposition pour transformer une histoire ordinaire en une expérience extraordinaire. Impossible de l’oublier une fois sorti du cinéma, ce film parvient à éveiller tous les sens des spectateurs. Josh O'Connor et Alec Secareanu font preuve d’un dévouement remarquable. En faisant naître le couple, ils parviennent à impliquer entièrement le spectateur, qui finit par souhaiter le meilleur des futurs possibles à ces deux jeunes hommes amoureux.

Seule la Terre a été produit par les sociétés britanniques Shudder Films, Magic Bear Productions, Inflammable Films, Creative England's iFeatures et BFI. Les ventes internationales du film sont assurées par Protagonist Pictures.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.