email print share on facebook share on twitter share on google+

KARLOVY VARY 2017 East of the West

Mariţa : une prouesse d’acteurs

par 

- KARLOVY VARY 2017 : Le premier long-métrage de Cristi Iftime, en lice à Karlovy Vary dans la section East of the West, est une joyeuse autopsie de la vie familiale

Mariţa : une prouesse d’acteurs

De l’avalanche de premiers films roumains présentés au public international cette année (lire l’article), le palpitant drame familial Mariţa [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Cristi Iftime
fiche film
]
, de Cristi Iftime, est le premier à être sélectionné dans un festival de premier rang : ce titre HiFilm Production est en lice dans la section East of the West du Festival de Karlovy Vary (30 juin-8 juillet). Ce film choral, porté par les performances impressionnantes de ses acteurs, dépeint la réunion inopinée d’une famille divisée.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

On fait d’abord la connaissance du trentenaire Costi (incarné à la perfection par Alexandru Potocean), à l’approche des fêtes de Noël. Après une dispute avec sa petite amie, Costi décide sur un coup de tête d’aller rendre visite à son père Sandu (l’excellent Adrian Titieni), qu’il ne voit plus depuis longtemps, et il finit par l’inviter à passer Noël dans un chalet de montagne avec le reste de la famille. Ainsi, père et fils se mettent en route à bord de la fidèle Mariţa, une vieille Dacia caractérielle indissociable de nombreux souvenirs chers à toute la famille, mais le passé familial ainsi invoqué va s’avérer en grande partie doux-amer.

Les conversations spontanées et drôles entre Sandu et les autres sont très amusantes à suivre (quoique le public international risque de ne pas avoir accès à une part de leur saveur roumaine), mais Mariţa va plus loin et plonge en profondeur dans l’histoire de cette famille et des relations compliquées de Sandu avec son ex-femme et ses trois fils, qu’il s’est aliéné du fait de ses deux marottes : collectionner les timbres et les femmes. Les longues discussions auxquelles on assiste dans le film vont nous faire découvrir un homme vieillissant, content de retrouver sa famille, mais peu enclin à regretter quoi que ce soit, notamment ses aventures les plus discutables.

Dès la première séquence, le penchant d’Iftime pour les prises longues et parfaitement répétées est manifeste. Assisté par les plans en balayage horizontal, bien assurés et peu envahissants, du directeur de la photographie Luchian Ciobanu, Iftime insuffle vie et mouvement à des scènes autrement statiques, laissant les personnages se mouvoir dans l’image et interagir entre eux. Mariţa n’en restant pas moins un road movie, certaines des scènes les plus fascinantes du film surviennent tandis que la Dacia avale les kilomètres parmi les montagnes roumaines aux sommets enneigés. Une de ces séquences, une prise ininterrompue de neuf minutes, est particulièrement saisissante.

Un des aspects les plus attachants du scénario écrit par Anca Buja et Iftime est le fait que la voiture fait figure de personnage. Bien qu’elle ne participe pas aux conversations, ses caprices sur la route donnent lieu à une formidable série de réactions de la part des personnages. Mariţa est comme un membre silencieux et omniprésent de la famille, témoin des hauts et des bas, des moments heureux et des malheurs que peut vivre une famille. “Si Mariţa pouvait parler”, pense-t-on, mais ce n’est pas la peine : les autres personnages parlent en son nom, invitant le spectateur dans leur passé, qui n’a rien de spectaculaire mais n’en est pas moins intéressant.

Les autres fils de Sandu sont interprétés par Bogdan Dumitrache et Andrei Huţuleac. Dans le rôle de la mère, Ana Ciontea a l’occasion de vivre un repas de famille plus sympathique que celui de Sieranevada [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Cristi Puiu
fiche film
]
de Cristi Puiu, où sa performance a été couvertes de lauriers.

Mariţa a été produit par HiFilm Production en coproduction avec deFilm. Il sortira sur les écrans roumains cet automne, avec Micro Film.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.