email print share on facebook share on twitter share on google+

LOCARNO 2017 Compétition

Ta peau si lisse, au cœur du quotidien de personnes “surhumaines”

par 

- LOCARNO 2017: le nouveau long-métrage de Denis Côté, présenté en compétition internationale à Locarno, est un voyage émouvant, à fleur de peau, dans l’intimité d’un groupe de gladiateurs modernes

Ta peau si lisse, au cœur du quotidien de personnes “surhumaines”

Ce n’est certainement pas la première fois que le Canadien Denis Côté foule la scène du Festival du Film de Locarno. En effet, Drifting States (2005), All That She Wants (2008) et Curling (2010) ont déjà reçu des prix prestigieux dont le Léopard d’Or de la compétition vidéo, ou encore le prix du Meilleur réalisateur. Cette année, Denis Côté revient à Locarno avec un film fort et élégant, Ta peau si lisse [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Denis Côté
fiche film
]
, qui met courageusement en scène des corps statiques exprimant souffrance et extase, perfection et monstruosité.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Digital Production Challenge - DPC II 1 Internal

Jean-François, Ronald, Alexis, Cédric, Benoit et Maxim sont les protagonistes de Ta peau si lisse, un portrait intime d’un groupe de personnes ‘’surhumaines’’, se trouvant à des moments différents de leur vie et de leur carrière. Nous découvrirons un culturiste de haut niveau, un vétéran du bodybuilding devenu entraîneur et coach psycho-physique ou encore un lutteur aux capacités physiques surhumaines (traîner un camion à la seule force de ses jambes n’est pas rien!). Tous partagent une obsession pour le corps, méticuleusement travaillé pour se dépasser. Leur quotidien est rythmé par le désir de monter sur scène ou sur le ring, dans un délire volontairement masochiste et narcissique fait de régimes drastiques et d’entraînements exténuants.

Pour quelle raison s’imposent-ils ces sacrifices au nom du dépassement des limites humaines? Denis Côté ne présente pas le sujet de manière directe en nous montrant l’absurdité d’une vie dédiée corps et âme à la représentation de soi (du super soi) comme de nombreux films l’ont fait par le passé. Il s’aventure plutôt dans des territoires inconnus, au-delà des jugements et des clichés. Ta peau si lisse montre les hommes et non les monstres, des êtres humains vulnérables en dépit d’une carapace pour le moins imposante. Leur corps huilé, sculpté, (apparemment) immunisé contre la décadence humaine, est un temple inviolable. Denis Côté filme l’aspect fragile et vulnérable des protagonistes, il fait tomber les masques (ou la carapace) en les prenant sur le vif dans leur intimité : quand ils sont avec leur famille, lorsqu’ils font la vaisselle, ou quand ils pleurent à la vue d’une vidéo de culturisme. Leurs corps sculptés sont filmés dans toute leur réalité tragique, dans les moments de gloire et de béatitude (quand ils s’exhibent sur scène ou qu’ils s’observent mutuellement) mais aussi, et surtout, dans les moments les plus critiques, lorsque leur fragilité prend le dessus et que la représentation de soi laisse place à l’humanité et à la souffrance. 

Ta peau si lisse ne comporte pas de moments de séductions dans le sens “classique’’ du terme, même s’il se concentre principalement sur les corps filmés de près, de très près, comme si le réalisateur voulait passer sous la peau de ses personnages. Les bodybuilders (principalement des hommes, mais parfois des femmes aussi) s’observent sans jamais ressentir de désir (en dépit de l’image homo-érotique inconsciente que cela véhicule). Les regards sont filtrés à travers le prisme déformant de l’interprétation, à la recherche de comparaisons, de frissons ou de gloire, quand le corps observé semble ne pas avoir atteint son niveau de ‘’perfection’’. La lutte avec (et contre) soi-même est perpétuelle. Le seul regard tendre, compréhensif mais jamais complaisant ou satisfait, est celui du réalisateur qui approche ces gladiateurs des temps modernes avec respect et humanité. Les images, accompagnées d’une lumière naturelle sublime, se nourrissent du quotidien des protagonistes, très loin du glamour artificiel qui entoure le monde du bodybuilding. Il n’est pas question de ‘’freak show’’ ou de mise en scène ici, seules comptent la sincérité du moment présent et la fragilité de l’existence, en dépit de l’imposante masse de muscles et de viande. Une ode à la fragilité humaine.

Ta peau si lisse est produit par Close Up Films (Suisse), 9338-6233 (Canada) et The Addiction (France). Les ventes internationales sont assurées par Films Boutique.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.