email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Pologne

La Passion Van Gogh: Citizen Vincent

par 

- Dorota Kobieta et Hugh Welchman explorent la vie et la mort du célèbre peintre post-impressionniste, dans un film d’animation peint à la main

La Passion Van Gogh: Citizen Vincent

Pour décrire un "biopic", on use souvent d’expressions comme "le réalisateur a brossé un portrait unique". Dans le cas du premier long-métrage de Dorota Kobiela et Hugh Welchman, ce lieu commun prend soudain tout son sens. La Passion Van Gogh [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Dorota Kobiela
fiche film
]
est le premier film d’animation entièrement peint à la main, par une équipe de 125 peintres à l’huile professionnels, qui ont créé 65 000 images. Pour certaines, les réalisateurs ont même créé des “modèles”, en tournant des scènes en prises de vue réelles. Mais ce film est bien plus qu’une curiosité technique. Fortement inspiré d’un classique du cinéma, Citizen Kane d’Orson Welles, La Passion Van Gogh propose un parcours précis et sinueux dans l’univers de Van Gogh.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire commence dans le courant de l’été 1891, un an après la mort du peintre. Le jeune Armand Roulin, dont le père, facteur, était un des plus proches amis de Vincent, se voit confier la mission d’apporter une lettre que feu l’artiste avait écrite à son frère Theo. Compte tenu des circonstances tragiques de la mort de Van Gogh, on suppose que cette note est bien plus que quelques mots écrits au vol. Armand est d’abord réticent, mais à mesure qu’il rencontre des gens qui ont connu le peintre, en particulier deux femmes, Adeline Ravoux et Marguerite Gachet, il se laisse happer par le monde de l’artiste tourmenté dont l’amour pour le monde n’était surpassé que par ses doutes personnels. Détective malgré lui, Roulin est de moins en moins convaincu par la théorie selon laquelle Vincent a lui-même mis fin à ses jours. Les amateurs du film d'Orson Welles connaissent déjà la conclusion de cette enquête ...

Pour le film, Dorota Kobiela et Hugh Welchman ont soigneusement étudié les tableaux et lettres de Van Gogh, et ils invitent le public à envisager de plus près non seulement les tourments d’artiste de Vincent, mais aussi la nature de la créativité même. Ils posent une question intemporelle : comment est-il possible que certains individus (comme Vincent) aient la capacité de toucher les coeurs et les âmes avec leurs oeuvres, tandis que d’autres (le Docteur Gachet par exemple) n’auront jamais une once de cette puissance artistique ?

Le duo de réalisateurs nous offre une immersion totale dans l’univers de Van Gogh en utilisant ses tableaux iconiques et son style reconnaissable entre mille. Le parcours émotionnel est bien soutenu par la musique de Clint Mansell et les fantastiques performances des acteurs qui ont servi de “modèles” pour créer les personnages des tableaux de Van Gogh. Si leurs visages sont familiers, ce n’est pas un hasard : la troupe comprend Saoirse Ronan (Reviens-moi [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Brooklyn
 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), Chris O’Dowd (Bridesmaids), Helen McCrory (Harry Potter, Skyfall [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
fiche film
]
) Douglas Booth (Noah, Jupiter Ascending) et Jerome Flynn (Game of Thrones). Van Gogh lui-même est joué par un nouveau venu polonais : Robert Gulaczy.

La Passion Van Gogh a été produit par BreakThru Films (Łódź, Pologne) en coproduction avec Trademark Films (Royaume-Uni). Les ventes internationales du film sont gérées par Cinema Management Group. L’avant-première de La Passion Van Gogh a eu lieu au Festival d’Annecy, où le film a remporté le prix du public. Au Festival du film polonais de Gdynia, les producteurs ont fait savoir que le film avait été proposé pour les nominations à l’Oscar du meilleur long-métrage d’animation.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.