email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Slovénie / Serbie

The Basics of Killing : quand la société détruit la famille

par 

- Le 5e long-métrage du Slovène Jan Cvitkovič est une de ses plus classiques sur le plan formel, mais de ses plus fortes sur le plan émotionnel

The Basics of Killing : quand la société détruit la famille
Primoz Vrhovec dans The Basics of Killing

Jan Cvitkovič, un des réalisateurs slovènes les plus connus sur la scène internationale, revient avec un cinquième long-métrage, The Basics of Killing [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jan Cvitkovič
fiche film
]
, qui est une de ses oeuvres les plus conventionnelles sur les plans stylistique et narratif, mais propose un éventail d’émotions puissantes. Le film raconte l’histoire d’une famille soudain paupérisée, un récit qui en dit long sur la société européenne actuelle et le fait que la sécurité financière est une chose sur laquelle on ne peut plus compter et qui peut s’évanouir soudain, sans qu’on s’y attende.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Marko (Primož Vrhovec) est professeur de philosophie dans un lycée de Ljubljana. Sa femme Dunja (Irena Kovačević) est chercheuse pour une entreprise pharmaceutique ou spécialisée dans la chimie. Dans leur appartement grand et moderne, avec leur fils Taras (Miha Košec) et leur petite Mala (Ula Gulič), ils vivent la vie idyllique d’une famille de la classe moyenne aisée. Tamas excelle au judo, et Mala fait de la danse classique. L’ambiance qui règne dans ce noyau familial est un mélange d’amour partagé, de compréhension et de soutien. Tout dans leur vie va aussi parfaitement qu’on pourrait l’espérer, et le couple a même une vie sexuelle épanouie.

La situation commence à se détériorer quand Marko et Dunja perdent leurs emplois au même moment, à quelques jours près, Marko parce qu’une élève l’accuse de lui avoir fait des avances pour se venger du fait qu’il ait repoussé les siennes, Dunja parce qu’il n’y a pas de demande pour le produit qu’elle est en train de développer, de sorte que son poste n’a plus lieu d’exister.

Au début, ce coup du sort n’est pas entièrement négatif : Marko et Dunja en profitent pour dormir plus longtemps le matin, et ils sont certains que l’État, dans leur pays européen civilisé, va s’occuper d’eux même s’ils n’arrivent pas à retrouver de travail. Hélas, ils se rendent vite compte qu’ils ne sont pas éligibles à quelque allocation que ce soit – comme le leur explique une assistante sociale, la loi, absurde, ne prend en compte que leur situation deux ans plus tôt, quand ils étaient détenteurs d’emplois. Ils n’ont pas droit à la sécu, ni aux allocations familiales, ni à des subventions pour les déjeuners des enfants à la cantine ou pour nourrir la famille en général. Qui plus est, en citoyens éduqués et bien rangés, ils ne savent pas comment on fait pour gagner de l’argent dans les marges de la loi et des codes sociaux.

Ainsi, petit à petit, la famille va se disloquer. Au lieu d’être d’autant plus unis et de continuer à se soutenir l’un l’autre, Marko et Dunja cherchent des portes de sorties, chacun de son côté. Leurs enfants, au contraire, sont plus solidaires que jamais, mais la pression qu’ils subissent de la part de leurs camarades est rude.

The Basics of Killing parvient à combiner habilement l’étude sociale portée par un message avec un récit dynamique et des performances excellentes. Kovačević en particulier est impressionnante – comme l’a établi, en lui remettant le prix de la meilleure actrice, le jury du Festival des films du Monde de Montréal, où le film a fait son avant-première mondiale. Avec ce film, Cvitkovič nous livre aussi un tableau puissant de la société moderne et de la manière dont elle est en train de s’autodétruire en malmenant son principal pilier : la famille.

La mise en scène de Cvitkovič est ici assez traditionnelle, mais c’est précisément ce qui lui permet de faire passer son message sans tomber dans le ton didactique ou le sentimentalisme, et de conserver l’attention du public tout au long de ce parcours forcément riche en émotions puissantes.

The Basics of Killing a été coproduit par Perfo (socité basée à Ljubljana) avec Pilon Media (Serbie). En Slovénie, Fivia va lancer le film sur les écrans le 12 octobre.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.