email print share on facebook share on twitter share on google+

FESTIVALS Turquie

La 5e édition du Festival du Bosphore dévoile son programme

par 

- L’événement turc accueille en compétition un joli nombre de films européens

La 5e édition du Festival du Bosphore dévoile son programme
Une vie violente de Thierry de Peretti

Istanbul est prêt pour la cinquième édition du Festival international du film du Bosphore, un événement qui permet aux cinéphiles de voir des productions toutes récentes mais aussi des classiques. Cette année, il doit se tenir du 17 au 26 novembre.

Les films, qui font tous au festival leur avant-première turque, sont répartis dans six sections compétitives, toutes divisées en un segment international et l’autre national. Côté longs-métrages comme côté courts, fictions et documentaires sont présentés ensemble.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La réalisatrice bosnienne Aida Begic (Les Enfants de Sarajevo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Aida Begić
fiche film
]
) préside cette année le jury international, et son célèbre collègue turc-chypriote Derviş Zaim le jury de la compétition nationale.

Les films européens en compétition sont : Une vie violente [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Thierry de PerettiKhibula [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : George Ovashvili
fiche film
]
de George OvashviliEasy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 d’Andrea MagnaniRifle [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Davi PrettoMarița [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Cristi Iftime
fiche film
]
 de Cristi Iftime et Kharms [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 d’Ivan Bolotnikov. Deux films non-européens devraient attirer l’attention : Sheikh Jackson d’Amr Salam, qui représente l’Égypte pour les nominations aux Oscars, ainsi que Beyond the Clouds de Majid Majidi, qui sera dans la salle avec son compositeur oscarisé, AR Rahman, et son producteur indien, Vibha Chopra. Le programme est complété par Malaria, de l’Iranien Parviz Shahbazi, et par le film kirghize A Father’s Will, de Dastan Zhapar Uulu et Bakyt Mukum.

En compétition nationale, huit titres se disputent sept prix.

Les hôtes de marque sont nombreux cette année. Un hommage est rendu à Béla Tarr à travers une rétrospective, doublée d’une masterclasse ouverte au public par le maestro hongrois. Une autre masterclasse a été confiée au réalisateur Bobby Roth, qui a travaillé sur des séries à succès comme LostPrison Break, Miami Vice, Grey’s Anatomy et Fringe.

Enfin, dans le cadre du Lab du Bosphore (c’est le nouveau nom de la section industrie du festival), les scénaristes, réalisateurs et producteurs des projets sélectionnés vont se disputer plusieurs prix, mais aussi participer du 19 au 23 à une série d’ateliers couvrant plusieurs aspects de la réalisation cinématographique, le tout sous la supervision de Hayet Benkara, consultante influente dans l’industrie du film.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.