email print share on facebook share on twitter share on google+

SUNDANCE 2018 Compétition World Cinema Dramatic

Critique : The Guilty

par 

- Ce premier long-métrage de Gustav Möller est un thriller qui donne un coup de jeune au polar scandinave en proposant une nouvelle approche de la tension et du suspense au moyen du son

Critique : The Guilty
Jakob Cedergren dans The Guilty

Le scénariste et réalisateur Gustav Möller, né à Göteborg, en Suède, a déménagé à Copenhague pour faire ses études à l’École nationale de cinéma du Danemark. En 2015, son court-métrage de fin d’études, In Darkness, lui a valu le Prix Next Nordic Generation. The Guilty [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Gustav Möller
fiche film
]
, son premier long, vient de faire son avant-première mondiale à Sundance, dans le cadre de la compétition Cinéma du monde – Fictions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Asger Holm (Jakob Cedergren), anciennement agent de police, a été suspendu de ses fonctions et relégué à celle d’employé à la permanence téléphonique des urgences. Une nuit de garde, il reçoit un étrange appel d’une femme prise de panique (Jessica Dinnage). D’abord surpris, Asger se rend compte plus tard que la femme à l’autre bout du fil s’est fait enlever. Des recherches sont alors lancées. De derrière son bureau, à la permanence, Asger va devoir essayer de retrouver les traces de la femme en danger, avec l’aide de ses collègues, partout dans le pays. Tandis que le temps devient de plus en plus compté, et que les secondes passent inexorablement, Asger doit affronter non seulement la situation qui s’aggrave à chaque instant, mais aussi ses démons personnels.

En regardant une vidéo (réelle) où une Américaine victime d’un enlèvement parle à un urgentiste de la veille 911, Möller a été fasciné de constater à quel point son imagination se mettait à inventer des images précises et puissantes pour combler les vides de l’histoire qu’il était en train d’écouter. C’est ainsi que lui est venue l’idée de The Guilty. Avec son co-scénariste Emil Nygaard Albertsen, il a bâti une intrigue articulée presque exclusivement autour du son des appels téléphoniques, qui se passe entièrement dans un endroit précis, le centre d’appels d’urgences, et qui reste visuellement collée à un seul personnage, Asger. Même selon les standards scandinaves, ce minimalisme pourrait sembler un peu extrême, mais l’approche est en vérité très revigorante dans le contexte du film noir nordique, déjà tant exploré – quoiqu’on puisse discuter de l’appartenance du film à ce genre.

En jouant avec les frontières de la narration filmique, Möller insuffle à son film beaucoup de suspense. Le récit, totalement linéaire, a lieu en temps réel, et la tension ne peut être introduite que grâce aux sons, ainsi qu’aux images que le spectateur crée de lui-même en les entendant. Grâce à la précision du design sonore d’Oskar Skriver, la restitution strictement auditive des revirements de situation qui s’opèrent tout au long du film exalte les autres sens du spectateurs, tandis que les développements de l’histoire d’enlèvement deviennent de plus en plus dramatiques.

En dépit de ses limites spatiales, The Guilty reste une composition cinématographique, faite de séquences longues pouvant aller jusqu’à 35 minutes où la caméra de Jasper J. Spanning suit le moindre mouvement d’Asger, très bien interprété par Cedergren (Terribly Happy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Submarino [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Thomas Vinterberg
fiche film
]
). Ses réactions authentiques, ses expressions anxieuses, son épuisement évident et la tension de sa voix font que le spectateur épouse complètement son point de vue. La conjonction d’une performance très physique de la part de Cedergren et de la voix tragiquement intense de Dinnage crée un environnement pseudo-réaliste par lequel le spectateur doit se laisser happer pour sentir à plein l’impact de cette approche rafraîchissante du thriller crimino-psychologique.

The Guilty est une production danoise de Lina Flint pour SPRING, le département Jeunes talents de Nordisk Film, en collaboration avec Nordisk Film Production A/S et avec le soutien de l’Institut de cinéma du Danemark et de New Danish Screen. Les ventes internationales du film sont assurées par TrustNordisk. Au Danemark, il sortira le 14 juin.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.