email print share on facebook share on twitter share on google+

FESTIVALS Suisse

Black Movie célèbre l’esthétique Queer

par 

- Le festival genevois poursuit avec sa 19e édition (19-28 janvier) son ascension vers les sommets du cinéma indépendant

Black Movie célèbre l’esthétique Queer
They d'Anahita Ghazvinizadeh

Le festival Black Movie de Genève, devenu un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs d’expériences cinématographiques hors du commun, promet comme chaque année des émotions à fleur de peau. Le programme de sa 19e édition, qui réunit 121 films représentant 30 pays et 4 continents (l’Asie, l’Afrique, l’Amérique latine et l’Europe), s’articule autour de plusieurs sections thématiques.

Cette année, Black Movie a décidé de célébrer l’esthétique queer à travers une riche rétrospective additionnée d’une sélection de films récents. La section Mauvais Genre Retroqueer 18+ va rendre hommage à l’esprit de plusieurs cinéastes hôtes du festival entre 2001 et 2017, notamment Apichatpong Weerasethakul (La Douleur), Brillante Mendoza (Serbis) et João Pedro Rodrigues (O Fantasma [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
). Dans la section Mauvais Genre 2018, le public pourra découvrir 16 films traitant du thème de l’équivoque. Parmi les jeunes réalisateurs invités, on peut citer Anahita Ghazvinizadeh accompagnant le film They, sélectionné pour la Caméra d’or à Cannes, une ode à la créativité en opposition avec un environnement bien-pensant dominé par une hétéronormativité souvent suffocante. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le volet Les Résistants, lui aussi subversif, proposera des récits dédiés à des femmes fortes qui ont su se rebeller contre le pouvoir et la domination masculine, comme le documentaire Maman Colonelle [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Dieudo Hamadi. Comme chaque année, la section À suivre… va présenter les nouveaux films de réalisateurs chers au festival, notamment Frost [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sharunas Bartas
fiche film
]
du Lituanien Sharunas Bartas. Un programme résolument riche et audacieux pour un festival à ne pas manquer.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.