email print share on facebook share on twitter share on google+

BERLIN 2018 Panorama

Critique : Lemonade

par 

- BERLIN 2018 : Le premier film d’Ioana Uricaru décrit le parcours du combattant d’une Roumaine pour s’installer aux États-Unis

Critique : Lemonade
Mălina Manovici et Milan Hurduc dans Lemonade

Pour son premier long-métrage, Lemonade [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Ioana Uricaru
fiche film
]
, Ioana Uricaru, fraîchement débarquée dans le paysage cinématographique roumain, se lance dans l’étude d’un thème peu abordé au sein de la "Nouvelle Vague" de son pays : le quotidien semé d’embûches d’une immigrante roumaine aux États-Unis. Le film, produit par Mobra Films (la société de Cristian Mungiu, le gagnant de la Palme d’or de 2007), a été présenté au Festival de Berlin dans la section Panorama.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Digital Production Challenge - DPC II 1 Internal

Pour le scénario, la réalisatrice s’est associée à Tatiana Ionaşcu pour nous raconter l’histoire de Mara (interprétée par Mălina Manovici, que l’on a déjà pu voir dans Baccalauréat [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Cristian Mungiu
interview : Cristian Mungiu
fiche film
]
de Mungiu), une mère célibataire de trente ans, originaire de Roumanie, qui travaille comme infirmière aux États-Unis. Elle ne possède qu’un visa temporaire –déjà expiré– mais, suite à son mariage avec Daniel (Dylan Scott Smith), un de ses patients, Mara se sent enfin le droit de partir elle aussi à la poursuite du célèbre rêve américain.

Porté par une Manovici irrésistible, Lemonade se penche sur l’expérience déstabilisante que constitue l’émigration et la tentative d’intégration dans une société xénophobe. En effet, Mara doit rapidement faire face à des expériences déplaisantes allant de micro-agressions à de la violence manifeste. Par son choix de mise en scène, la réalisatrice (elle-même immigrante roumaine aux États-Unis) semble sous-entendre que les États-Unis considèrent les immigrants comme un virus, érigeant rapidement une barrière protectrice tout en invectivant les intrus à coup de “Nous sommes meilleurs que vous”, “Vous ne méritez pas d’être ici” ou “Vous êtes moins que des êtres humains”.

L’insuffisance rénale de Daniel est extrêmement révélatrice. Mara devient à la fois son épouse et son infirmière. Ces deux rôles sont complémentaires, car avant de jouer son rôle d’épouse, il lui faut d’abord mobiliser son savoir médical, mais à aucun moment elle n’est présentée comme l’égale de son mari, en tant qu’être humain. Les seules paroles aimables adressées à Mara pendant les quelques jours couverts par le scénario sortent de la bouche d’immigrants qui ont dû se battre pour trouver leur place dans ce nouveau pays.

Cependant, il serait faux de dire que le film traite uniquement le présent et le futur de son personnage ; il aborde également son passé, qu'elle a fui parce qu'elle n’y avait aucune chance d’offrir une vie décente à son fils Dragos (Milan Hurduc). Ses désillusions américaines vont de pair avec une série de critiques cinglantes de la xénophobie de son pays d’accueil mais aussi de sa terre natale, où la situation est suffisamment mauvaise pour qu'une jeune travailleuse s’exile de la sorte pour bâtir une vie meilleure.

Lemonade n’est que la partie visible de l’iceberg (il partage un tronc commun avec un autre succès récent : The Lesson [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Kristina Grozeva, Petar Va…
interview : Margita Gosheva
fiche film
]
de Kristina Grozeva et Petar Valchanov). Le film évoque un des aspects les plus tristes, rarement abordé, de l’émigration. On fait la part belle à ceux qui rêvent de partir sans trouver le courage de le faire, ainsi qu'à ceux qui ont franchi le pas et réussi, mais les histoires plus tristes semblent s'être perdues à la frontière entre ces deux territoires. Lemonade se charge de leur apporter l’attention qu’elles méritent.

Lemonade a été produit par Mobra Films (Roumanie), Peripheria (Canada), 42film (Allemagne) et Filmgate (Suède). Les ventes internationales sont assurées par Pluto Film et le film sortira en Roumanie à l’automne 2018.

(Traduit de l'anglais par Séverine Meuleman)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.