email print share on facebook share on twitter share on google+

CANNES 2018 Quinzaine des réalisateurs

Critique : Le Monde est à toi

par 

- CANNES 2018 : Romain Gavras propose un film désopilant autour d'une intrigue très bien menée qui amène une bande de bras cassés de banlieue à jouer les gangsters sur la Costa Brava

Critique : Le Monde est à toi
Vincent Cassel, Isabelle Adjani et François Damiens dans Le Monde est à toi

Huit ans après son premier long-métrage, Notre jour viendra [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Romain Gavras fait son retour avec la comédie de petites frappes de banlieue intitulée Le Monde est à toi [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Romain Gavras
fiche film
]
, une sorte de Guy Ritchie frenchie en vacances au Club Med qui a beaucoup fait rire le public de la Quinzaine des Réalisateurs du 71e Festival de Cannes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Digital Production Challenge - DPC II 1 Internal

Les ingrédients sont savoureux, et le casting formidable. Prenez un fils à maman nommé Farés (Karim Leklou) qui en a assez d'être sous la coupe de sa génitrice (une impayable Isabelle Adjani, castratrice à souhait, à qui il n'est pas question de la faire à l'envers), leadeuse d'une bande déchaînée de voleuses de grand magasin, et veut devenir le représentant de la franchise Mr. Freeze au Maghreb, ce qui va nécessiter au préalable, pour l'investissement de départ, un transport de hashish en go fast. Ajoutez une bande de bras cassés hauts en couleurs : un caïd des cités complètement perché aux émotions à fleur de peau, un gang de Zaïrois péroxydés qui font de chaque séance au Palais de Justice une autre paire de manches pour leur avocat de banlieue tout terrain (Philippe Katerine), deux sbires pas bien futés qui semblent vivre dans un jeu de Playstation, sans oublier un loser complotiste obsédé par les Illuminati qui voit des triangles partout et que les chansons de Daniel Balavoine font vachement réfléchir (Vincent Cassel, évidemment) et une jolie beurette qui ne manque pas de répartie (Oulaya Amamra, l'héroïne de Divines [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Houda Benyamina
fiche film
]
, toujours aussi piquante). Transportez tout ce beau monde sur la Costa Brava et agrémentez le tout d'un gang d'Écossais baraqués à l'accent à couper au couteau, de lunettes de soleil Gucci, de musique de variété des années 80 dont on fait les meilleurs karaokés, et d'un "fixeur" incarné par l'inénarrable François Damiens (car on imagine bien que le projet de Farés, déjà fragile au quartier, ne va pas manquer de capoter à l'échelle internationale) : vous ne serez pas déçu !

C'est que pour multiplier les pour les embrouilles, coups bas et arnaques de plus en plus alambiquées, le scénario composé par Gavras avec Karim Boukercha et Noé Debré, très bien ficelé, retombe toujours sur ses pieds, en plus de nous offrir des dialogues assez jubilatoires dont l'humour ne tient pas qu'au dialecte, et d'avoir la grâce de ne se prendre au sérieux à aucun moment, même s'agissant de la relation mère-fils ingrate qui réunit cocassement Farés à la pauvre fillette de l'Écossais (le concours d'ignominies parentales entre eux est hilarant, car si Adjani lâche des phrases comme "j'aurais pu te laisser sur le marches d'une église et aujourd'hui, tu serais pédophile", le truand d'Outre-Manche a carrément inscrit sa petite à une école d'enfants attardés pour collecter des subventions pour mongoliens...) et attendrit juste ce qu'il faut sans détourner de la comédie.

Un autre motif sous-jacent s'y inscrit à la perfection, très agréablement : la supériorité de toutes les femmes du film sur les différentes bandes de nazes qui se disputent la drogue et le magot, et c'est tout à l'honneur de Gavras et de ses formidables acteurs et actrices.

Le Monde est à toi a été produit par Iconoclast Films, Chi-Fou-Mi Productions, StudioCanal, NJJ Entertainment, Tribus P Films et 120 Films. Les ventes internationales du film sont assurées par StudioCanal.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.